Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 novembre 2015 6 07 /11 /novembre /2015 08:59
Audience avec le roi de Jordanie - Retour sur mon déplacement

A l’heure où le Moyen et le Proche Orient se déchirent et se mobilisent face au danger que représente la montée en puissance de l’Etat islamique, le déplacement de travail que j’ai effectué en Jordanie, dans le cadre du groupe d’amitié sénatorial, avait une dimension toute particulière. De la visite d’un camp de réfugiés syriens à la rencontre avec le Roi Abdallah II, avec qui j’ai eu un entretien, en passant par des rencontres avec le Maire d’Amman, le Président du Sénat et divers ministres, les discussions ont d’abord eu pour objet la menace terroriste.

A plus de 3000 kilomètres de distance, Paris et Amman ont les mêmes préoccupations face au danger du djihadisme. D’ailleurs la présence du roi, lors du grand rassemblement parisien du 11 janvier fut un témoignage concret de l’amitié franco-jordanienne. Ainsi, j’ai été désigné, pour présenter au Sénat jordanien, les grandes lignes des travaux de la Commission d’enquête sur l’organisation et les moyens de lutte contre les réseaux djihadistes en France et en Europe. La question du renseignement, mais aussi celle de la déradicalisation, ont été abordées. Parallèlement, la visite du camp d’Azraq, qui regroupe plusieurs centaines de milliers de réfugiés syriens, nous a permis concrètement de comprendre les conséquences de la propagation de Daech et la nécessité de sa destruction, ainsi que la complexité de la question migratoire. Comme le Liban et la Turquie, la Jordanie doit endiguer les milliers de syriens qui fuient quotidiennement la guerre et la barbarie.

L’autre axe de travail du déplacement a été le développement durable et la COP21. En effet, les nombreux problèmes d’approvisionnement en eau de la région donnent à la question environnementale des dimensions vitales. La décision de construire un canal entre la mer Morte et la mer Rouge ou la création d’usine de désalinisation sont des moyens de répondre à cette problématique. Lors d’une table ronde, j’ai d’ailleurs pu présenter les actions nîmoises en matière de développement durable et de lutte contre le réchauffement climatique. Le Maire d’Amman s’est dit vivement intéressé par nos actions en matière de protection énergétique des bâtiments communaux et par l’utilisation dynamique de l’énergie produite par notre incinérateur.

Cette visite de 5 jours a eu pour but de renforcer les liens entre nos deux pays. Elle m’a également permis de mieux appréhender la Jordanie, nation arabe et îlot de stabilité dans une région en crise. Mon audience avec le souverain hachémite restera comme un moment fort de mes rencontres avec les personnalités politiques mondiales de tout premier plan.  

Repost 0
Published by jean-paul fournier
commenter cet article
27 octobre 2015 2 27 /10 /octobre /2015 15:41
Déplacement sénatorial en Jordanie

En tant que membre du groupe d'amitié France-Jordanie au Sénat, j'effectue en ce moment, avec certains de mes collègues, un déplacement dans le Royaume hachémite de Jordanie.

Dans une région fortement menacée par la poussée de l'état islamique, ce voyage a notamment pour objectif d'aborder les questions liées au terrorisme.

Repost 0
Published by jean-paul fournier
commenter cet article
1 octobre 2015 4 01 /10 /octobre /2015 19:35

Depuis quelques jours, la polémique enfle suite à la décision prise par le Directeur Académique des Services de l'Éducation Nationale (DASEN), Monsieur PATOZ, de modifier la fresque de l’école Prosper Mérimée, réalisée en 2006 par des élèves et consacrée aux monuments romains nîmois.

Alors que la semaine dernière l’Éducation nationale déclarait qu'il n'était pas question de modifier ladite peinture, le taureau et l'homme qui figuraient au centre de l’œuvre ont tout bonnement et simplement disparu.

En janvier dernier, à l’occasion des attentats ayant touchés Charlie Hebdo, l’Éducation nationale avait tenu un discours clair sur l’importance de la liberté d’expression, discours relayé et soutenu par l’opinion publique. Aujourd’hui, l’effacement de ce dessin enfantin me laisse à la fois amer et perplexe.

Ce revirement de situation est, en effet, d’autant plus problématique que le Directeur Académique dit se retrancher derrière l’avis de la Directrice de cette école. Comment, lorsque l’on se souvient que celle-ci a porté à deux reprises les couleurs d’un parti – Europe-Écologie-Les-Verts – dont chacun connaît le positionnement sur ces questions, ne pas douter de la neutralité de ce choix ?

Avec les parents d’élèves, les aficionados et les défenseurs de la liberté d’expression, j’appelle le DASEN à rétablir cette fresque dans son intégrité en tant que témoignage enfantin de notre culture locale.

Repost 0
Published by jean-paul fournier
commenter cet article
29 septembre 2015 2 29 /09 /septembre /2015 11:22

Pour marquer le premier anniversaire de ma réélection au Sénat, j'ai fait parvenir, aux élus du Gard, le bilan de mon action à la Haute assemblée depuis le 28 septembre 2014. Je vous invite à parcourir "la lettre de votre sénateur" numéro 5. 

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Sénat
commenter cet article
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 14:18

Alors que la crucifixion d'un jeune saoudien est imminente, j'ai déposé une question écrite au gouvernement pour dénoncer de telles atrocités et demander une réorientation des relations avec l'Arabie saoudite.   

 

Question n° 18046 adressée à M. le ministre des affaires étrangères et du développement international 
À publier le : 01/10/2015 : 
 
Texte de la question : M. Jean-Paul Fournier appelle l'attention de M. le ministre des affaires étrangères et du développement international quant aux relations que la France entretient avec l'Arabie Saoudite, après la confirmation par la justice saoudienne de la condamnation à mort de Ali Mohammed al-Nimr. Alors qu'à juste raison la France et ses partenaires intensifient les combats contre l'État islamisque en Iraq et au Levant (Daesh), la décision de décapiter ce jeune saoudien et d'exposer son corps au public sur une croix jusqu'à pourrissement de ses chairs, est intenable. Si la raison d'État et le pouvoir financier saoudien poussent la France à entretenir d'étroites relations avec ce pays, nous ne pouvons totalement ignorer les nombreuses défaillances démocratiques d'un régime ne faisant que peu de cas des droits de l'Homme. Procès douteux, actes de tortures, oppression des minorités, sans oublier l'exclusion des femmes, la liste des démarches antidémocratiques est longue. Aussi, il lui demande dans quelle mesure la France peut empêcher cette exécution et, surtout, comment elle pourrait revoir ses rapports, voire suspendre ses liens diplomatiques, avec l'Arabie Saoudite, en étudiant de nouveaux partenariats stratégiques avec des États qui respectent un peu mieux les droits fondamentaux.
Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Sénat
commenter cet article
18 septembre 2015 5 18 /09 /septembre /2015 10:27

Si l’État doit faire des économies, il doit le faire de manière mesurée en préservant, pour les collectivités, les moyens d’agir. Avec la baisse sans précédant de 30% des dotations, l’Etat siphonne le pouvoir d’action des communes. Il les oblige même à rogner sur le service public et sur leurs investissements. Ainsi, en rétractant à ce point l’investissement des collectivités territoriales, l’État fragilise l’un des leviers de la croissance.

Cette décision politique, prise sans concertation, par le nouveau Premier ministre Manuel VALLS, au lendemain des élections municipales, remet ainsi en cause le programme sur lequel les élus locaux s’étaient fait élire.

La baisse drastique des dotations de l’État a déjà des incidences concrètes sur l’élaboration des budgets. Au-delà des clivages politiques, les élus veulent dire au gouvernement que cette évolution budgétaire est mortelle pour la survie des communes.

Aussi, la forte mobilisation d’aujourd’hui et de demain permet de démontrer la détermination des élus et des citoyens. Elle est un argument de poids pour préparer les discussions du projet de loi de Finances pour 2016. Elle me donne un mandat moral pour permettre, avec mes collègues Sénateurs, d’inverser la tendance.

Plus largement cette mobilisation souligne les difficultés que rencontrent les maires et les élus locaux dans leurs missions : contraintes budgétaires et réglementaires (loi ALUR), réforme territoriale sans réelle cohérence (loi NOTRe), sans oublier les décisions gouvernementales que les communes ou leurs regroupements doivent assumer (dans tous les sens du terme) comme la réforme des rythmes scolaires.

La commune, cellule de base de la République, doit être préservée. L’État ne peut plus faire la sourde oreille et doit enfin donner des preuves de son soutien aux communes.

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Engagements Sénat
commenter cet article

Jean-Paul Fournier