Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 janvier 2015 4 29 /01 /janvier /2015 17:22

Les propos du Président de l’Assemblée nationale sur la suppression du Sénat sont plus qu’inacceptables. Non seulement ils outrepassent un certain devoir de réserve républicain que l’on attend du 4ème personnage de l’Etat, mais ils vont à l’encontre d’interventions précédentes louant les qualités du bicaméralisme. Au mois d’avril, alors que la Haute Assemblée était dirigée par un Président socialiste, il déclarait que le Sénat « n’était pas une anomalie ». Depuis cette date, les Sénateurs agissent au quotidien pour faire la loi, en phase avec les attentes des territoires en leur qualité de représentants  constitutionnels des collectivités territoriales. Pourtant, depuis 10 mois, un changement est intervenu au palais du Luxembourg. La majorité est passée de gauche à droite, laissant imaginer que les propos de Claude BARTOLONE sont plus politiques qu’institutionnels. Si les socialistes décident de supprimer une Institution politique à chaque fois que celle-ci n’est pas de la bonne couleur politique, c’est toute la République qu’ils risquent de vouloir dissoudre en 2017.   

 

Comme Lionel JOSPIN jadis, désormais, le Président de l’Assemblée nationale souhaite saborder le Sénat sur l’autel d’un réformisme effréné qui fait fi de l’équilibre des pouvoirs de la liberté et de la démocratie. La Haute Assemblée doit continuer à se réformer, et la voie choisie par le Président du Sénat, Gérard LARCHER est la bonne. Nous ne pouvons toutefois accepter que la qualité de notre travail de fond sur les textes touchant directement à l’organisation des territoires et le rôle d’interlocuteur privilégié des élus, notamment des maires, soient ainsi bafoués.

Repost 0
Published by jean-paul fournier
commenter cet article
27 janvier 2015 2 27 /01 /janvier /2015 18:06

La ministre de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, Ségolène Royal, vient de me confirmer la participation de l’Etat à hauteur de 40,3 millions d’euros provenant du fonds de préventions des risques naturels majeurs auxquels s’ajouteront 193 000 euros du programme 181 « prévention des risques » sur les 108,35 millions d’euros du PAPI II de la Ville de Nîmes.

 

Cette décision importante, que je tiens à saluer, va nous permettre dans les toutes prochaines semaines de formaliser également la contribution de la Région, du Conseil Général et de la Communauté d’Agglomération Nîmes Métropole à ce programme essentiel pour la protection des populations.

 

Pour rappel, le PAPI II permettra de mener une action déterminante sur l’Est de la ville, notamment par l’aménagement du cadereau de la route d’Uzès, après celui de la route d’Alès, réalisé dans le cadre du premier PAPI.

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Engagements
commenter cet article
7 janvier 2015 3 07 /01 /janvier /2015 16:26

L’horreur. L’action perpétrée contre le journal satirique Charlie Hebdo n’a pas d’autre mot. La France, berceau des droits de l’Homme et du Citoyen, est touchée dans ses plus profondes valeurs, à savoir celles de la liberté d’expression et de la liberté de conscience. C’est aussi une onde de choc majeure pour la liberté de la presse, puisque plusieurs grands noms du journalisme français et de la caricature ont été sauvagement assassinés. La violence avec laquelle les terroristes ont effectué ces attaques n’a qu’un seul objectif : mettre à mal notre démocratie et notre modèle de civilisation, fondé sur la tolérance, l’écoute, la solidarité et le partage. Je veux également avoir une pensée pour les deux agents de police, victime de cette fusillade terrifiante.

 

Désormais, cette barbarie ignoble doit trouver une réponse concrète. Les auteurs de ces faits abjects doivent être arrêtés le plus rapidement possible, jugés et condamnés avec fermeté. Plus largement, la presse doit pouvoir trouver un soutien sans faille de la part de l’ensemble de la communauté nationale. « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme » stipule l’article XI de la Déclaration de 1789.

 

Dans un esprit de rassemblement, nous devons dénoncer ce terrible attentat et faire barrage à tous celles et ceux qui utilisent comme moyen de communication, sous couvert d’une idéologie médiévale ou d’une religion apparemment travestie, la cruauté et l’inhumanité. Ensemble, nous devons nous unir face à l’horreur. 

Repost 0
Published by jean-paul fournier
commenter cet article
31 décembre 2014 3 31 /12 /décembre /2014 10:54

En ce dernier jour de l’année 2014, j’ai souhaité vous adresser tous mes vœux de bonheur et de réussite, pour vous comme pour ceux qui vous sont chers. Comme nombre responsables de collectivités locales ou comme le Préfet, j’ai décidé il y a déjà quelques années, de ne plus organiser de cérémonie de vœux à la population dont le coût pouvait apparaître comme indécent à beaucoup de nos concitoyens en ces périodes de restriction budgétaire et de crise économique.

 

Aussi, c’est à travers les réseaux sociaux que j’ai voulu m’adresser au plus grand nombre. 2014 aura été pour la vie de notre cité une année particulièrement riche en événements. La confiance qui m’a été renouvelée par les Nîmoises et les Nîmois me donnent encore plus de force et d’énergie pour poursuivre l’action engagée au service de tous.

 

Ainsi, l’année 2015 verra notamment se concrétiser le lancement des travaux du Musée de la Romanité. Ce sera également l’année qui devrait nous permettre de franchir une nouvelle étape dans notre démarche pour l’inscription de Nîmes au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. L’année qui s’annonce représente aussi une opportunité exceptionnelle de voir enfin notre Cité être soutenue par une nouvelle majorité au Conseil Général et à la Région.

 

Je forme donc pour notre ville le vœu que les échéances à venir concrétisent nos espoirs pour construire ensemble une communauté de vie plus harmonieuse et plus fraternelle. Que 2015 soit pour vous celle de l’accomplissement de vos rêves. Bonne année à tous

Repost 0
Published by jean-paul fournier
commenter cet article
23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 10:56

Après la suppression des bourses au mérite le gouvernement réfléchit à mettre un terme aux notes à l’école primaire. Une nouvelle fois, le gout de l’effort est remis en cause. Si l’Education nationale doit sans nul doute permettre aux élèves de mieux comprendre leurs évaluations, je déplore cependant cette volonté de vouloir supprimer tous les repères de l’enfant dans un souci d’égalitarisme.

 

Nous devons encourager les jeunes à réussir, les motiver à apprendre et à mieux faire. Les notes sont un critère d’évaluation, un outil pour les enseignants et leurs élèves, dans le processus d’apprentissage. Mais une nouvelle fois, le gouvernement privilégie la forme au fond, car c’est bien sur le contenu des programmes et l’acquisition des savoirs fondamentaux que le Ministre chargé de l’Instruction publique devrait mobiliser son administration, plutôt que d’ouvrir un débat inutile et surement pas à la hauteur des difficultés que rencontrent le milieu scolaire. 

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Réactions
commenter cet article
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 10:57

L’Assemblée a donc voté la nouvelle délimitation de régions avec 13 entités territoriales, validant la fusion entre Midi-Pyrénées et le Languedoc-Roussillon. Elle n’a pas souhaité suivre le Sénat, avec ses 15 régions et son Languedoc-Roussillon indépendant. A tout point, comme actuellement sur la loi MACRON, le gouvernement a fait preuve de mépris, d’impréparation, d’abus de pouvoir et d’absence de crédit politique.   

 

Je regrette profondément que le Premier ministre ait engagé la procédure d’urgence sur un projet de loi qui va inscrire nos territoires pour les 50 ans à venir. De l’annonce du premier ministre, en avril, à la décision, seulement 8 mois, sans aucune concertation, se sont écoulés. Pourtant, la précédente réforme territoriale de 2010 avait été le fruit de débats longs et d’un processus qui avait duré plus de 24 mois.

 

Je déplore que le gouvernement n’ait pas voulu faciliter le droit d’option, qui aurait surement permis à certains départements, comme le Gard, de pouvoir sereinement voir l’avenir.

  

J’accuse surtout les députés de la région, notamment ceux du département du Gard, d’avoir eu une attitude munichoise et d’avoir vendu le Languedoc Roussillon sur l’autel d’une réforme qui ne fera aucune économie et qui devrait même engager des coûts supplémentaires au début de son application. Dans la lignée de feu le Président BOURQUIN, notre région pouvait pourtant être défendue. Elle méritait un meilleur traitement parlementaire de la part d’élus qui n’avaient aucun mandat pour cisailler le territoire.

 

Je désapprouve les propos de ceux qui disent que le Languedoc-Roussillon n’était pas viable avec ses 2,7 millions d’habitants, sa croissance démographique, ses atouts, ses patrimoines, une capitale régionale et de grandes cités, comme Perpignan ou Nîmes. Des régions de tailles similaires, comme les Pays de la Loire ou le Centre, sans parler de la Corse, sont pourtant restées à l’abri de ce charcutage. Surement que ces territoires ont eu des appuis politiques des membres de la majorité beaucoup plus forts que dans notre région.  

 

Sur toute la ligne, le processus a été raté. Le gouvernement n’est plus audible sur la question des territoires. La  suppression, puis le maintien, des départements en est la preuve la plus flagrante. Désormais, le Parlement va se pencher sur les compétences de chaque échelon, étape qui aurait du être, à mon sens, la mère de toutes les batailles. Politiquement, les élections départementales seront un moyen concret de sanctionner le gouvernement et son incompétence. 

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Engagements
commenter cet article

Jean-Paul Fournier