Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 décembre 2014 3 31 /12 /décembre /2014 10:54

En ce dernier jour de l’année 2014, j’ai souhaité vous adresser tous mes vœux de bonheur et de réussite, pour vous comme pour ceux qui vous sont chers. Comme nombre responsables de collectivités locales ou comme le Préfet, j’ai décidé il y a déjà quelques années, de ne plus organiser de cérémonie de vœux à la population dont le coût pouvait apparaître comme indécent à beaucoup de nos concitoyens en ces périodes de restriction budgétaire et de crise économique.

 

Aussi, c’est à travers les réseaux sociaux que j’ai voulu m’adresser au plus grand nombre. 2014 aura été pour la vie de notre cité une année particulièrement riche en événements. La confiance qui m’a été renouvelée par les Nîmoises et les Nîmois me donnent encore plus de force et d’énergie pour poursuivre l’action engagée au service de tous.

 

Ainsi, l’année 2015 verra notamment se concrétiser le lancement des travaux du Musée de la Romanité. Ce sera également l’année qui devrait nous permettre de franchir une nouvelle étape dans notre démarche pour l’inscription de Nîmes au Patrimoine Mondial de l’UNESCO. L’année qui s’annonce représente aussi une opportunité exceptionnelle de voir enfin notre Cité être soutenue par une nouvelle majorité au Conseil Général et à la Région.

 

Je forme donc pour notre ville le vœu que les échéances à venir concrétisent nos espoirs pour construire ensemble une communauté de vie plus harmonieuse et plus fraternelle. Que 2015 soit pour vous celle de l’accomplissement de vos rêves. Bonne année à tous

Repost 0
Published by jean-paul fournier
commenter cet article
23 décembre 2014 2 23 /12 /décembre /2014 10:56

Après la suppression des bourses au mérite le gouvernement réfléchit à mettre un terme aux notes à l’école primaire. Une nouvelle fois, le gout de l’effort est remis en cause. Si l’Education nationale doit sans nul doute permettre aux élèves de mieux comprendre leurs évaluations, je déplore cependant cette volonté de vouloir supprimer tous les repères de l’enfant dans un souci d’égalitarisme.

 

Nous devons encourager les jeunes à réussir, les motiver à apprendre et à mieux faire. Les notes sont un critère d’évaluation, un outil pour les enseignants et leurs élèves, dans le processus d’apprentissage. Mais une nouvelle fois, le gouvernement privilégie la forme au fond, car c’est bien sur le contenu des programmes et l’acquisition des savoirs fondamentaux que le Ministre chargé de l’Instruction publique devrait mobiliser son administration, plutôt que d’ouvrir un débat inutile et surement pas à la hauteur des difficultés que rencontrent le milieu scolaire. 

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Réactions
commenter cet article
19 décembre 2014 5 19 /12 /décembre /2014 10:57

L’Assemblée a donc voté la nouvelle délimitation de régions avec 13 entités territoriales, validant la fusion entre Midi-Pyrénées et le Languedoc-Roussillon. Elle n’a pas souhaité suivre le Sénat, avec ses 15 régions et son Languedoc-Roussillon indépendant. A tout point, comme actuellement sur la loi MACRON, le gouvernement a fait preuve de mépris, d’impréparation, d’abus de pouvoir et d’absence de crédit politique.   

 

Je regrette profondément que le Premier ministre ait engagé la procédure d’urgence sur un projet de loi qui va inscrire nos territoires pour les 50 ans à venir. De l’annonce du premier ministre, en avril, à la décision, seulement 8 mois, sans aucune concertation, se sont écoulés. Pourtant, la précédente réforme territoriale de 2010 avait été le fruit de débats longs et d’un processus qui avait duré plus de 24 mois.

 

Je déplore que le gouvernement n’ait pas voulu faciliter le droit d’option, qui aurait surement permis à certains départements, comme le Gard, de pouvoir sereinement voir l’avenir.

  

J’accuse surtout les députés de la région, notamment ceux du département du Gard, d’avoir eu une attitude munichoise et d’avoir vendu le Languedoc Roussillon sur l’autel d’une réforme qui ne fera aucune économie et qui devrait même engager des coûts supplémentaires au début de son application. Dans la lignée de feu le Président BOURQUIN, notre région pouvait pourtant être défendue. Elle méritait un meilleur traitement parlementaire de la part d’élus qui n’avaient aucun mandat pour cisailler le territoire.

 

Je désapprouve les propos de ceux qui disent que le Languedoc-Roussillon n’était pas viable avec ses 2,7 millions d’habitants, sa croissance démographique, ses atouts, ses patrimoines, une capitale régionale et de grandes cités, comme Perpignan ou Nîmes. Des régions de tailles similaires, comme les Pays de la Loire ou le Centre, sans parler de la Corse, sont pourtant restées à l’abri de ce charcutage. Surement que ces territoires ont eu des appuis politiques des membres de la majorité beaucoup plus forts que dans notre région.  

 

Sur toute la ligne, le processus a été raté. Le gouvernement n’est plus audible sur la question des territoires. La  suppression, puis le maintien, des départements en est la preuve la plus flagrante. Désormais, le Parlement va se pencher sur les compétences de chaque échelon, étape qui aurait du être, à mon sens, la mère de toutes les batailles. Politiquement, les élections départementales seront un moyen concret de sanctionner le gouvernement et son incompétence. 

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Engagements
commenter cet article
14 décembre 2014 7 14 /12 /décembre /2014 10:45

A 97 ans, Odile ASSMANN s’est éteinte ce 13 décembre 2014. Je souhaitais, par ces quelques mots, formuler un hommage respectueux à cette dame au grand cœur, ainsi que mes humbles condoléances à ses proches. 

 

Le milieu caritatif et solidaire nîmois est en deuil. Cette assistante sociale s'est mise, très tôt, au service des autres. Arrivée à Nîmes en 1952, elle s’engage durant le fameux hiver 1954 au côté des Compagnons d'Emmaüs pour loger des sans-abri dans des wagons réquisitionnés. Après divers engagements associatifs en parallèle de son activité professionnelle, Odile Assmann décide d’apporter sa propre contribution à un combat qui animera toute sa vie.

 

La soupe du coeur est orpheline. En 1986, Odile Assmann fonde la Table ouverte afin d’apporter son soutien matériel et affectif aux plus démunis. Repas chaud à 1 euro symbolique, don de vêtements, mise à disposition d’installations sanitaires et accueil des personnes, telles sont les missions que la Présidente du coeur a remplies durant vingt-huit années ! De la rue des Tilleuls à son origine, en passant par la rue Séguier, pour s’installer définitivement rue Richelieu, Odile Assmann a su créer une communauté d’entraide, un lieu d’accueil pour les démunis qui se pérennisera, sans aucun doute, longtemps après elle.

 

Une famille la pleure. Odile Assmann était mère de quatre enfants. Veuve jeune et catholique pratiquante, elle su transmettre à ses enfants et petits-enfants les valeurs qui ont animé toute sa vie : solidarité, générosité et fraternité. Son association n’est que le prolongement de ces valeurs de vie qui font de cette dame une personne hors du commun.

 

En accueillant toute personne dans le besoin, sans distinction d’âge, d’origine ou de condition, Odile Assmann est, et restera, la figure emblématique du « don de donner » (titre de sa biographie). Rendons hommage à la doyenne du monde caritatif nîmois qui a donné sa vie pour combattre les maux touchant les plus démunis de notre société : halte à la misère, halte à l’exclusion.

 

A la fatalité, opposons une table ouverte !

 

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Réactions
commenter cet article
21 novembre 2014 5 21 /11 /novembre /2014 16:38

L’Assemblée nationale vient de voter définitivement le projet de loi sur la carte des régions et le calendrier électoral, dans les conditions voulues par le gouvernement de M. VALLS. Lorsque la loi sera promulguée par le Président de la République, le Languedoc-Roussillon sera donc fusionné avec la région Midi-Pyrénées avec, sans nul doute, Toulouse comme capitale régionale. Je regrette sincèrement que la voix du dialogue, notamment avec les élus locaux, n’ait pas été choisie. Je déplore également que les députés de la majorité du département de la région Languedoc-Roussillon, que j’avais interpellés, soient restés sourds à la préservation de notre région. Ce passage en force n’a eu qu’un seul but, celui du découpage à la hache du territoire, sans se pencher sur le fond des choses, à savoir les compétences.

 

La démarche que j’ai soutenue avec d’autres élus et menée notamment par Christian BOURQUIN, pour défendre un Languedoc-Roussillon indépendant, a échoué. Si je suis favorable à l’élargissement, au cas par cas et dans la concertation, de la taille des régions françaises, je pense que le Languedoc-Roussillon, avec ses 2,7 millions d’habitants et ses nombreux atouts, pouvait rester à l’abri de ce charcutage.

 

Désormais, grâce au droit d'option, qui n’a malheureusement pas été assoupli comme le Sénat le souhaitait, nous pouvons envisager, dans le dialogue, de faire évoluer notre département. En effet, pour certains élus et citoyens, la place du Gard peut être imaginée au sein d’une autre région, Provence Alpes Côte d’Azur en l’occurrence. Ce processus, s’il est validé, sera long. Mais nous devons absolument penser ensemble la place de notre département dans le nouveau découpage voulu par le gouvernement. Je suis convaincu que ce débat doit être porté. Il sera d’ailleurs l’un des enjeux des futures élections départementales de mars prochain. Pour ma part, j’ai entamé une consultation de l’ensemble des maires du Gard par courrier. J’ai déjà reçu plus de 120 réponses sur les 353 communes que compte notre département. Je ne manquerai pas de présenter les conclusions de cette enquête, qui seront, à n’en pas douter, un élément intéressant à porter au débat qui ne fait que commencer.    

 

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Engagements
commenter cet article
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 08:59

Comme tous les Nîmois, je suis atterré d’apprendre qu’il existe un soupçon de trucage de match organisé par les dirigeants du Nîmes Olympique. Si ces soupçons devaient être confirmés par le travail des enquêteurs, ce serait un terrible coup porté au football professionnel et une blessure profonde pour tous les supporters.

 

Je suis comme beaucoup d’entre eux, inquiet sur l’avenir de ce club qui fît par le passé la fierté de tant de Nîmois. En espérant que toute la lumière sur cette affaire soit faite dans les meilleurs délais, je serai attentif à ce que les éventuels comportements délictuels des dirigeants de cette équipe ne ternissent pas l’image de notre ville.

 

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Réactions
commenter cet article

Jean-Paul Fournier