Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 septembre 2015 3 16 /09 /septembre /2015 15:45

Au mois de juin, j’interpellais le gouvernement, dans le cadre d’une question écrite, pour le pousser à s’engager dans une intervention aérienne en Syrie, à l’instar de celle en cours en Iraq. Je suis aujourd’hui satisfait qu’après ma démarche et celle de nombreux de mes collègues parlementaires, le Président de la République ait pu enfin céder. 

 

En effet, depuis septembre 2014 l’armée française bombarde des cibles stratégiques pour freiner le développement de Daesh uniquement sur le territoire iraquien. Malgré cet effort substantiel la propagation de Daesh se poursuit et ses conséquences sont désastreuses, en terme notamment humanitaire, mais aussi culturel, comme en témoigne la chute de Palmyre.

 

Durant plusieurs mois, la France n’a pas souhaité bombarder la Syrie, uniquement pour ne pas favoriser Bachar el-Assad. Cette stratégie fut une erreur, car le cœur des forces de Daesh se trouve principalement sur le territoire syrien.


Notre objectif commun doit être d’abord l’éradication totale de l’Etat islamique, qui risque non seulement de contrôler l’ensemble de la Syrie, mais qui menace aussi la sécurité du Liban et celle d'Israël. Ce pseudo état est une gangrène, à l‘origine de nombreux maux européens comme le terrorisme, j’en parle en connaissance de cause pour avoir fait parti d’une Commission d’enquête sénatoriale à ce sujet, ou l’afflux massif et incontrôlé de réfugiés. Nous devons enfin trouver les moyens pour mettre un terme définitif aux agissements de Daesh. Le bombardement de ses positions en Syrie, décidé enfin par le gouvernement, est une nouvelle étape dans cette démarche qui doit tous nous mobiliser.   

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Réactions
commenter cet article
4 août 2015 2 04 /08 /août /2015 15:02

Alors que la loi NOTRe vient à peine d’être votée, le gouvernement fait une étrange annonce sur mesure pour l’actuel Président du Conseil régional. Le poste de Président délégué est l’astuce pour ménager les susceptibilités et permettre aux socialistes de se partager les postes entre amis. 

 

En créant cette nouvelle fonction, la réforme territoriale va donc se traduire par un doublonnage généralisé et s’éloigner un peu plus d’une quelconque logique de meilleure gestion.

 

Pugnace pour défendre la nouvelle capitale de son royaume vassal, Montpellier, Damien ALARY, obsédé par son futur poste, en oubli même de défendre le département dont il est originaire à savoir le Gard.

 

Mais le Gard n’oubliera pas ces basses manoeuvres. En se distribuant les postes avant même que l’élection n’ai eut lieu, les socialistes risquent bien de payer au prix fort, le jour de l’élection, cette petite cuisine indigeste. 

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Réactions
commenter cet article
8 avril 2015 3 08 /04 /avril /2015 08:46

C'est avec beaucoup de peine que Nîmes a appris le décès du Dr Robert Calle. Cancérologue et chercheur de grande envergure, il entretenait avec ferveur une amitié languedocienne avec les Gardois de Paris. Et tout particulièrement avec Jean Bousquet, dès la naissance de Cacharel.

 

Passionné par la création contemporaine, il initia ses cadets et leur ouvrit, avec une rare générosité intellectuelle, les ateliers des plus grands artistes du XXème siècle, ses amis. Aussi, devenu Maire de Nîmes, Jean Bousquet lui confia-t-il la conception et la préfiguration de Carré d'Art.

 

Il convainquit les plus célèbres signatures mondiales de s'associer à cette aventure formidable qui se poursuit aujourd'hui. Si la collection permanente compte tant d'illustres noms, c'est grâce à lui. Le Dr Calle organisa, durant les années de réalisation du Musée, des expositions d'envergure qui en marquèrent la prestigieuse préfiguration. A l'instant de l'inauguration de Carré d'Art, il passa le relai à Jean de Loisy, aujourd'hui Directeur du Palais de Tokyo, avant que Guy Tosatto poursuive son action.

 

Bob Calle, comme chacun le nommait avec une respectueuse familiarité, venait souvent et très discrètement au Musée, faisant bénéficier chacun de ses conseils. Le 20ème anniversaire de Carré d'Art aura été pour lui un moment d'émotion et de foi en l'avenir, celui qu'incarnent la fréquentation du Musée par les jeunes générations, et la ligne éditoriale, exigeante et créative, qui poursuit sa philosophie d'action.

 

Nîmes adresse à la famille du Dr Robert Calle, et tout particulièrement à sa fille Sophie, l'hommage d'une Ville qui aura toujours à l'esprit l'ambition culturelle essentielle que cet humaniste eut pour elle et qui trace la voie du futur.

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Réactions
commenter cet article
16 mars 2015 1 16 /03 /mars /2015 14:33

Jamais un ministre de la santé n’a fait autant l’unanimité contre sa politique. L’ensemble des syndicats et des organisations représentant les différentes professions médicales et paramédicales est opposé non seulement à la méthode de Madame TOURAINE, mais aussi à sa loi adoptée en Conseil des Ministres en octobre et qui devrait être présentée à l’Assemblée nationale dans les jours à venir. Le ministre a pourtant décidé hier d’entamer des négociations, dont les fruits seraient intégrés par amendements dans le projet de loi. Cette drôle de pirouette législative démontre l’impréparation du gouvernement sur cette loi qui aurait du privilégier, dès le début du processus, le dialogue, pour ainsi éviter cette opposition frontale du corps médical.

 

L’action des médecins généralistes contre la généralisation du tiers payant est l’emblème le plus marquant de cette mobilisation. Ces praticiens, qui sont au cœur de notre système santé, ne veulent pas voir leurs actions médicales étouffées par la paperasse et les procédures administratives pour récupérer leurs honoraires. Ils ne veulent pas voir leur métier fonctionnarisé, alors qu’ils ont choisi le secteur libéral.

 

La loi de santé rassemble néanmoins d’autres mesures pour lesquelles je m’opposerai vigoureusement lors du passage du texte au Sénat. Je pense par exemple à la fin des dépassements d’honoraire dans le secteur hospitalier privé, qui va engendrer une crise sans précédent pour les cliniques, sans oublier l’expérimentation des salles dites de « shoot », qui ne fera que légaliser la consommation de drogue et engendrer dans leur périmètre des problèmes sanitaires et d’ordre public non négligeables. Pour toutes ces raisons, la ministre de la santé doit revoir son diagnostic et ses prescriptions, car l’application de son projet de loi ne ferait que dynamiter tout un secteur apprécié par l’ensemble des Françaises et des Français.       

 

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Réactions
commenter cet article
13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 09:09

Je salue la réforme ambitieuse du Sénat présentée par le Président du Sénat Gérard Larcher quelques mois seulement après le changement de majorité. Cette réforme qui touche à la fois aux méthodes de travail du Sénat et aux conditions d'exercice du mandat de sénateurs est un acte fort de modernisation de la Haute Assemblée.

 

A titre d’exemple, si les annonces sont validées par le Bureau du Sénat, les sénateurs qui ne viendraient pas siéger suffisamment au Palais du Luxembourg seraient sanctionnés financièrement, via une baisse de leurs indemnités. Parallèlement, une certaine cohérence dans l’utilisation de l’indemnité de frais de mandat serait mise en place. Une nouvelle séance de questions au gouvernement serait introduite, celle-ci devenant ainsi hebdomadaires, renforçant le rôle de contrôle parlementaire de la Haute Assemblée. Enfin, une réelle transparence serait mise en œuvre dans le budget du Sénat, mais aussi dans celui des groupes politiques.

 

Cette réforme va permettre au Sénat de conforter son statut essentiel de représentation de tous les territoires. En outre, avec cet élan réformateur, le Sénat va retrouver la visibilité qu'il avait perdue ces trois dernières années. Je soutiens pleinement les efforts du Président Larcher pour renforcer cette institution vitale de notre République.

 

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Réactions
commenter cet article
18 février 2015 3 18 /02 /février /2015 12:15

En engageant sa responsabilité sur le projet de loi pour la croissance et l’activité, le gouvernement démontre son impréparation, mais aussi et surtout son incapacité à gérer sa majorité. C’est un aveu de faiblesse. D’ailleurs, le recours à l’article 49-3 de la Constitution de 1958, sur un texte qui pourtant n’est pas révolutionnaire, signe l’arrêt de mort non seulement de cette majorité, mais plus largement du quinquennat de François HOLLANDE, qui n’avait, pourtant pas, hésité à parler de « déni de démocratie » en 2006, lorsque Dominique de VILLEPIN avait utilisé cette procédure. Le Président de la République est désormais un roi nu. L’unité nationale, prôné jusqu’à l’excès par l’exécutif, n’est aujourd’hui qu’un souvenir. La loi MACRON a fait l’effet d’un révélateur des ambiguïtés du pouvoir, démontrant que le PS est plus soucieux de son futur congrès et de la gestion des diverses chapelles de la rue de Solferino que de la France et de ses Citoyens.     

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Réactions
commenter cet article

Jean-Paul Fournier