14 avril 2014 1 14 /04 /avril /2014 15:38

Pour sa première sortie médiatique locale, à la suite de son élection comme Conseiller municipal d’opposition, on aurait pu penser que Sébastien GROS, actuel Chef de Cabinet du Premier Ministre de notre pays, prenne un peu de hauteur. Il n’en est rien. Loin de l’intérêt général, il fait preuve, sur le dossier de l’antenne nîmoise de l’Ecole des Mines d’Alès, d’une certaine mauvaise fois. Alors que la perspective de la fermeture de l’antenne aurait dû pousser toutes les sensibilités politiques à s’organiser, dans le consensus, pour la sauver, Sébastien GROS s’est transformé en porte flingue des ambitions d’un parti socialiste exsangue, inaudible et dépassé, mais aussi de ses propres ambitions personnelles, en oubliant l’essentiel, à savoir Nîmes.

 

  • Incompétence ou amateurisme ? M. GROS fait mine d’ignorer que le Directeur de l’Ecole des Mines d’Alès est nommé par Décret du Président de la République.

 

  • Méconnaissance des données ou désinvolture ? M. GROS semble oublier que le Gouvernement de M. HOLLANDE a réduit de 20 %, en 2013 et en 2014, les crédits de fonctionnement des Ecoles des Mines, imposant à celles-ci des choix drastiques qui se traduisent également par la hausse des frais de scolarité, qui passent de 850 à 1850 euros par an et même à 3850 euros pour les étudiants étrangers.

 

  • Ignorance ou mensonge ? M. GROS omet de rappeler que le Gouvernement de M. HOLLANDE a aussi supprimé 9,6 millions d’euros de dotations aux CCI du Languedoc-Roussillon, contraignant celles-ci à opérer également des choix inappropriés.

 

  • Tromperie ou désinformation ? M. GROS parle de la responsabilité du Maire de Nîmes dans ce dossier, responsabilité que j’ai prise en renforçant avec Nîmes Métropole le soutien apporté à l’EMA, mais il garde un silence coupable sur le refus de soutiens financiers des Présidents socialistes du Département et de la Région.

 

En définitive, Monsieur GROS, avec Françoise DUMAS et Catherine BERNIE-BOISSARD, préfère faire perdre Nîmes. Sa posture ne fait pas honneur à l’action publique et démontre le peu d’intérêt qu’il porte à notre Cité. Sur ce dossier, nous attendions des actes et des décisions fortes de la part du Gouvernement. La décence aurait voulu qu’au minimum les responsables de cette fermeture restent silencieux. En choisissant de faire de la petite cuisine politique, Sébastien GROS démontre qu’il est prêt à tout pour faire un coup médiatique, en foulant aux pieds, au passage, l’intérêt des citoyens dont il devrait être le premier défenseur.

Partager cet article

Published by jean-paul fournier - dans Actualité Politique
commenter cet article
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 17:57

Longtemps, il fut l’image de l’élu local bâtisseur et visionnaire, qui développa sa ville, Toulouse, grâce aux premières mesures de la décentralisation des années 80. Il faut dire que Dominique BAUDIS, qui succéda à son père à la tête de la ville rose, réussit à démontrer, notamment via l’aéronautique, que la réussite urbaine pouvait se faire en dehors de la capitale.

 

Pourtant, pour les plus jeunes, il garde l’image du sage qui occupa tour à tour la présidence du CSA, le poste de Médiateur de la République, puis enfin, le poste de Défenseur des Droits. Il remplit ces fonctions avec rigueur et abnégation.  

 

Certains se souviennent qu’il fut également, dans sa première vie professionnelle, un journaliste appréciée à TF1, puis au Figaro. J’ajoute qu’il fut élu Président de l’Institut du Monde Arabe, mais aussi, à plusieurs reprises Député européen. C’est d’ailleurs Franck PROUST qui prit sa suite en 2011, lorsqu’il fut nommé Défenseur des Droits par le Président de la République, Nicolas SARKOZY.  

 

Je veux rendre hommage à la brillante carrière de cet acteur publique reconnu et apprécié. Je veux dire ma tristesse de voir partir, précipitamment, cet homme, qui appréciait la tauromachie et dont on appréciait l’intelligence et l’honnêteté. La République a perdu l’un de ses plus grands défenseurs.   

Partager cet article

Published by jean-paul fournier - dans Réactions
commenter cet article
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 17:54

Les racines espagnoles du Premier Ministre auraient pu lui permettre, lors de son discours de politique générale, de prendre le taureau par les cornes. Il n’en a rien été. Lui qui voulait redonner l’espoir aux Français, n’a fait que raviver les craintes et les inquiétudes, tant les mesures annoncées, ne seront prises que dans plusieurs mois, voire plusieurs années, au-delà du cadre de cette mandature.

 

En effet, une très grande partie des réformes abordées, pour l’entreprise, donc l’emploi, pour le pouvoir d’achat ou les institutions, ont été programmées après les élections présidentielles et législatives de 2017. C’est donc se moquer éperdument des Françaises et des Français, qui ne verront pas, à court terme, le fruit des engagements pris.

 

L’intervention de Manuel VALLS a été faite sans prendre en compte l’urgence que nécessite la situation du pays. Pis encore, il fait comme s’il n’avait pas entendu le signal adressé à l’exécutif lors des élections municipales. D’ailleurs, que dire de sa volonté de supprimer 10 milliards les dotations aux collectivités territoriales, comme s'il s'agissait de pénaliser les communes au motif qu'elles sont massivement passées à droite dimanche dernier. Est-ce une punition destinée aux électeurs qui ont abandonné la gauche ?

 

Cette économie est pour l’instant à peu près la seule dont on connait la couleur. Alors que l'on attendait de lui des réponses, le Premier Ministre a décidé de reporter le choix des 50 milliards d’économie promis par le Président de la République au prochain collectif budgétaire.

 

Il avait l'occasion au moins de reconnaître l'erreur fondamentale de son prédécesseur sur les rythmes scolaires rejetés par les enseignants, les parents autant que par les Maires. Il l'a ratée.

 

Enfin, concernant la sécurité, le dossier qu’il a porté, sans résultat, durant 2 ans place Beauvau, l’inquiétude est de mise. Le locataire de l’Hôtel de Matignon n’a rien dit, mis à part qu’il confirmait la très contestée réforme pénale de Christiane TAUBIRA, dont on sait qu’elle va permettre la libération de centaines de délinquants.

 

A défaut de confiance, ce discours n’a fait que renforcer la défiance du peuple français vis-à-vis de l’action du Chef de l’Etat. Car derrière la fragilité des annonces faites par Manuel VALLS, il y a bien, une nouvelle fois, l’échec de l’action du Président de la République et de son incapacité à agir vite et à donner un cap clair à la France.

Partager cet article

Published by jean-paul fournier - dans Actualité Politique
commenter cet article
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 15:07

Le 1er avril est traditionnellement la journée des farces. Elle fut hier la date choisie pour la passation de pouvoir entre l’ancien et le nouveau Premier ministre de la France. Défié dans les urnes, lors du rendez-vous électoral de dimanche, c’est la réponse choisie par le Président de la République, aux attentes de plus en plus fortes des Françaises et des Français, notamment en matière d’emploi. D’ailleurs, rarement une élection municipale a été aussi mauvaise pour le parti au pouvoir. Cette sanction est la conséquence directe, non seulement de l’absence de résultat en matière économique, mais aussi d’une certaine incompétence de la part des socialistes.

 

Ainsi, l’arrivée de Manuel VALLS à Matignon est sans nul doute la réaction logique à cet amateurisme ambiant qui fut la marque de fabrique de l’action du Gouvernement coordonnée par Jean-Marc AYRAULT. Espérons que l’ancien Ministre de l’Intérieur, dont le bilan place Beauveau est plus que discutable, puisse enfin trouver la voie de l’autorité. Un chemin semé d’embuches, surtout quand celui-ci est rendu difficilement praticable par un Chef de l’Etat, qui n’arrive pas à trouver son cap et qui ne cesse de louvoyer entre différentes lignes politiques.

 

Le choix de Manuel VALLS est peut être un gage donné à la réforme. Mais la composition du Gouvernement, même si les Verts ne souhaitent pas y participer, laisse présager de nouvelles querelles de clochers nuisibles à la conduite des affaires de la France. En effet, mise à part Ségolène ROYAL, l’équipe ne compte aucune nouvelle tête. En outre, avec le maintien de Christiane TAUBIRA, Marysol TOURAINE ou Michel SAPIN, le Président de la République donne une prime à des ministres, dont l’action à été un véritable échec.      

 

Aujourd’hui, le nouveau Premier ministre doit impérativement choisir l’intérêt général, plutôt que les intérêts particuliers de telles ou telles chapelles de la gauche ou du PS. Il doit tout faire pour favoriser enfin la reprise économique qui tarde, contrairement à d’autres pays d’Europe, à repartir. Il doit aussi permettre de réformer en profondeur la France, avec comme objectif l’efficience et les économies budgétaires. La tache est immense, mais le défi devra être atteint sans quoi la défiance vis-à-vis du Chef de l’Etat pourrait être plus grande encore lors des prochaines échéances électorales.              

Partager cet article

Published by jean-paul fournier - dans Réactions
commenter cet article
24 janvier 2014 5 24 /01 /janvier /2014 09:23

Après le lancement de mon site internet de campagne et l’ouverture de notre quartier général, 5, rue Gaston Boissier, derrière Carré d’Art, le temps est venu de mobiliser ses proches et de convaincre son entourage. Bientôt des outils comme le bilan, la semaine prochaine, et le programme, mi-février, seront à votre disposition.  

 

Durant cette période, jusqu’aux échéances des 23 et 30 mars, cette interface sera en sommeil. Pour suivre mon actualité et surtout celle de la campagne que nous allons mener tous ensemble, main dans la main, je vous invite donc à consulter régulièrement :

 

- ma page facebook :

https://www.facebook.com/JeanPaulFournier30?ref=ts&fref=ts

 

- mon compte twitter :

https://twitter.com/j_paulfournier

 

et surtout mon site internet :

www.fournier2014.com  

 

Je compte sur vous. Par avance, merci de votre précieux soutien.

Partager cet article

Published by jean-paul fournier - dans Engagements
commenter cet article
16 janvier 2014 4 16 /01 /janvier /2014 18:05

J’ai, accompagné de Mary BOURAGDE, Adjointe au Tourisme et en charge du dossier "UNESCO" et de Daniel-Jean VALADE, Adjoint à la Culture et à la Tauromachie, rencontré ce mardi Monsieur Philippe LALLIOT, nouvel ambassadeur de la France auprès de l’Unesco pour évoquer ensemble la candidature de Nîmes au patrimoine mondial de l’UNESCO.

 

Lors de cet entretien, j’ai présenté le dossier de candidature nîmois et apporté des précisions sur sa Valeur Universelle Exceptionnelle (VUE). L’ambassadeur, a d’emblée salué le sérieux, la rigueur et la manière constructive et efficace dont ce projet est porté.

 

Actuellement, le dossier est inscrit sur la liste indicative des biens culturels. Dans les prochaines semaines le Comité des Biens Français devrait valider la VUE. L’objectif de la Ville de Nîmes étant une inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco à l’horizon 2017/2018.

 

A l’issue de l’entretien, j’ai invité Monsieur LALLIOT à venir visiter la ville pour prendre la mesure de la restauration des monuments et leur implication dans la vie culturelle contemporaine.

Partager cet article

Published by jean-paul fournier - dans Engagements
commenter cet article
15 janvier 2014 3 15 /01 /janvier /2014 14:45

François HOLLANDE nous fait le coup du changement. Le cap désormais est celui de draguer ouvertement le monde économique, après avoir surchargé les entreprises, notamment les PME et les PMI, de taxes et autres impôts. On pourrait se satisfaire de cette prise de conscience tardive, si la politique menée depuis mai 2012 n’était pas à l’exact opposé de ce qui est désormais proposé. Derrière la parole, se cache, j’en ai peur, une posture artificielle et de simples incantations.

 

Comment croire que le Chef de l’Etat va enfin faire confiance aux entreprises pour créer de l’emploi, alors que dans le même temps, le nombre de contrats aidés va être sensiblement augmenté ? Comment croire à une baisse aussi massive de 30 milliards des charges pesant sur les acteurs économiques, alors que personne ne sait où seront faites les économies ? Comment croire à la portée de la parole présidentielle, alors que ces baisses de charges sont fortement conditionnées, notamment par la création d’un énième comité Théodule ?   

 

En tout les cas, avec cette volte face pour le moins surprenante, c’est 20 mois de perdus pour la France. 20 mois durant lesquels la France a bel et bien décroché. Sur cette future étape, sur ce ridicule rétropédalage, je reste donc totalement dubitatif.

 

Hier, dans la salle des fêtes du palais de l’Elysée, François HOLLANDE n’a pas parlé à la France. Il a fait tout simplement de la stratégie politique, pour donner un nouveau souffle à son mandat compliqué. Je le regrette profondément, car les problèmes des Françaises et des Français en matière de chômage, de logement, de sécurité, de réindustrialisation, d’immigration, de formation, d’agriculture ou d’éducation, n’ont certainement pas trouvé de réponse.          

Partager cet article

Published by jean-paul fournier - dans Actualité Politique
commenter cet article
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 08:27

Républicains, nous appliquerons la loi instituant la réforme des rythmes scolaires. Cependant, nous continuerons à condamner la manière dont celle-ci a été menée. C’est pourquoi, lors du dernier Conseil Municipal, j’ai formulé un vœu, adopté à la majorité, que je vous invite à retrouver :

 

  • Considérant qu’une majorité de français, ainsi que le corps enseignant, les parents d’élèves, et leurs représentants sont opposés à cette réforme précipitée et non concertée
  •  Considérant que le coût de cette réforme est exorbitant pour les communes qui devront supporter les nouvelles dépenses sans en avoir décidé.
  • Considérant que pour la Ville de Nîmes, ce surcoût est évalué à 1,5 millions d’euros dans la fourchette basse et à 2,5 millions d’euros dans la fourchette haute en année pleine en raison des charges nouvelles qui pèseront sur la collectivité du fait de l’ouverture des établissements une demi-journée supplémentaire par semaine (chauffage, personnels communaux d’encadrement et de nettoiement, transport, etc …)
  • Considérant que les clubs sportifs, les écoles d’art, de théâtre, d’équitation, et plus généralement les associations de loisirs vont subir une perte sèche d’activité et de recettes en perdant la faculté d’accueillir les enfants le mercredi matin.
  • Considérant que les collectivités se trouveront face à un problème profond en termes de mise à disposition de salles, locaux scolaires, terrains de sport et autres équipements communaux occupés, à ce jour à 100 % par ces associations, et qui ne pourront pas être toutes satisfaites sur un temps réduit.
  • Considérant que le fonctionnement et les horaires du Conservatoire de Musique devront être revus, avec une perte de qualité de l’enseignement artistique par un nécessaire regroupement des enseignements sur une période plus courte.
  • Considérant que les centres de loisirs municipaux seront fortement impactés puisqu’ils devront revoir leurs projets éducatifs, initialement bâtis sur une journée de présence des enfants, ce qui par ailleurs constitue une menace directe sur l’emploi des animateurs.
  • Considérant que les parents et grands parents devront faire face à une désorganisation de leur activité ou de leur emploi du temps.
  • Considérant que certains parents seront également contraints de négocier, dans des conditions souvent difficiles avec leurs employeurs de nouveaux horaires de travail, ou de modifier les modes de garde d’enfants.
  • Considérant que ces difficultés supplémentaires pourraient toucher les parents divorcés ayant eu parfois des difficultés à mettre en place un mode de garde alternée.
  • Considérant que l’aide de l’Etat annoncée, sans concertation, ni information officielle, non seulement, ne compense pas le coût total, mais s’arrêtera dès la rentrée 2015/2016.

 

Nonobstant le fait que La Ville de Nîmes ait délibéré pour organiser au mieux la mise en place des nouveaux rythmes scolaires pour la rentrée 2014/2015, imposée par l’Etat. Le Conseil Municipal de la Ville de Nîmes tient à exprimer son désaccord, comme  à la fois sur le fond et sur la forme de cette réforme. Le Conseil municipal de Nîmes demande à l’Etat d’assumer pleinement le coût des décisions qu’il entend imposer aux collectivités locales. Le Conseil Municipal de la Ville de Nîmes demande ainsi au Ministre de l’Education Nationale de retirer sa réforme et d’ouvrir la concertation indispensable avec l’ensemble des acteurs concernés.

Partager cet article

Published by jean-paul fournier - dans Engagements
commenter cet article
3 janvier 2014 5 03 /01 /janvier /2014 22:14

Partager cet article

Published by jean-paul fournier - dans Engagements
commenter cet article
1 janvier 2014 3 01 /01 /janvier /2014 00:15

A l’aube de cette nouvelle année, permettez-moi de vous présenter tous mes vœux les plus chaleureux et les plus sincères à vous, ainsi qu’à votre famille et à vos proches.

 

L’année 2013, riche en événements, a permis, chacun en conviendra, de continuer à faire changer Nîmes. Notre Cité s’est transformée et voit son visage changer. Cette démarche n’a qu’un seul objectif, celui de la rendre plus dynamique et plus agréable à vivre. Avec l’ouverture d’un pôle universitaire, au cœur du nouvel éco-quartier Hoche, avec la livraison des nouveaux aménagements du cadereau d’Alès, avec le renforcement de la vidéo-protection, avec la fin des travaux d’AEF et de l’avenue Jean Jaurès, avec des rendez-vous intégrés au programme de la Capital européenne de la Culture, c’est bien l’avenir de la ville qui a été, au mieux préparé, toujours sans toucher au taux de la fiscalité locale.

 

2014 s’annonce passionnante. Cette année, je veux la construire avec vous et pour vous. Nous devons continuer à avoir de l’ambition pour Nîmes. Nous devons continuer à prendre les sentiers de la métamorphose et du mouvement permanent. Laissons aux autres la facilité de l’immobilisme et du conservatisme. Ensemble soyons des bâtisseurs d’avenir, des amoureux de Nîmes. La Nîmes éternelle. La Nîmes d’aujourd’hui. La Nîmes de demain. La Nîmes de toujours, apaisée, ouverte sur le monde, où la solidarité, la proximité, le partage, le lien intergénérationnel et la fraternité ont un véritable sens.  

 

Du fond du cœur, bonne année 2014 à toutes et à tous. Qu’elle vous apporte, santé, joie et bonheur. Qu’elle nous apporte à nous tous, à Nîmes surtout, la réussite à nouveau.       

Partager cet article

Published by jean-paul fournier - dans Agenda
commenter cet article

Articles Récents

Jean-Paul Fournier

Liens

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog