20 octobre 2014 1 20 /10 /octobre /2014 15:10

Il est des hommes qui marquent un territoire et ses habitants. Etienne MOURRUT fut de ceux-là. Ce camarguais au grand coeur, dont les convictions gaullistes furent à n'en pas douter une boussole d'action, fut une figure du monde politique gardois, mais aussi national, puisqu'il occupa, durant 10 ans, un siège au Palais Bourbon.

 

Intègre, sérieux, courageux, ses combats furent multiples pour sa ville, le Grau du Roi, mais aussi son canton, sa circonscription, son département et sa région. Elu conseiller municipal à 26 ans, il mena de front sa carrière professionnelle au sein des Salins du Midi, où il s'engagea dans l'action syndicale.

 

Après deux échecs, il devint enfin Premier magistrat de sa ville en 1983. Maire bâtisseur et ambitieux, il accompagna le développement graulen, tout en préservant l'âme de la commune et de ses citoyens. On lui doit par exemple la rénovation de l'hôpital ou la création de l'aquarium, sans oublier les aménagements pour dynamiser le port. Elu au "parler vrai", chaleureux, dégageant même une réelle empathie, il exerça d'autres mandants, au Conseil général et au Conseil régional, avant de faire son entrée à l'Assemblée nationale.

 

Député actif et pugnace, il défendit les dossiers de son territoire, comme celui des pêcheurs, des viticulteurs et des traditions taurines, sans oublier les valeurs de la France. Membre de la commission de la Défense et des Forces armées, il se vit confier une mission, par le Président de l'Assemblée nationale, consacrée au dialogue social dans l'armée. Ce grand connaisseur du syndicalisme mènera sa mission avec rigueur et un profond respect pour les militaires.

 

Respect du responsable politique, mais aussi et surtout respect de l'homme, mon ami depuis plus de 35 ans, qui va désormais nous manquer. C'est avec émotion et tristesse que j'ai appris la nouvelle de son décès. A sa famille, à tous ses proches et même à l'ensemble des grauliens, je veux transmettre mes plus chaleureuses pensées.

Partager cet article

Published by jean-paul fournier
commenter cet article
16 octobre 2014 4 16 /10 /octobre /2014 18:59

Le terrorisme est malheureusement plus que jamais d’actualité. Qu’il soit local ou international, il frappe régulièrement, mettant en péril nos concitoyens. Il fragilise un acquis que nous devons absolument défendre : la liberté. Aujourd’hui la France, comme l’ensemble de ses partenaires européens, doit se mobiliser sur les questions des filières terroristes et de djihadisme.

C’est le but de la Commission sénatoriale que j’ai intégrée hier en séance publique. Présidée par François ZOCHETTO, elle aura la lourde mission d’enquêter sur les réseaux en activité, de faire un constat précis de l’ampleur du mouvement, qui, depuis quelques semaines, s’accélèrerait sensiblement. Sans tabou, nous devrons faire la lumière sur ce phénomène qui touche à la sécurité de notre quotidien, notamment sur les filières de recrutement dans les prisons, le milieu scolaire et, bien entendu, sur internet. Nous devrons enfin et surtout faire des propositions concrètes pour éradiquer ce terrorisme qui va à l’encontre même de la notion de démocratie.

Partager cet article

Published by jean-paul fournier
commenter cet article
25 septembre 2014 4 25 /09 /septembre /2014 18:23

Face à l'horreur du terrorisme, j'appelle les Nîmoises et les Nîmois à se rassembler pour la manifestation organisée par Driss El Moudni, Président du Conseil Régional du Culte Musulman, en hommage à Hervé Gourdel, lachement assassiné par des babrabes, demain à 15h à la Préfecture du Gard à Nîmes.

Partager cet article

Published by jean-paul fournier
commenter cet article
8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 10:25

Le Gard cévenol est en deuil. Celui qui portait le titre symbolique de « pape des Cévennes » nous a quittés. Francis CAVALIER-BENEZET, fut un homme politique engagé pour son territoire, à l’esprit ouvert et combatif. Longtemps Maire de la magnifique commune de Valleraugue, il défendit, durant 4 ans, la ruralité au sein de la Haute Assemblée, où il fut membre de la Commission des Affaires sociales. Son mandat de Sénateur fut le couronnement de ses nombreux engagements électifs comme Maire, Conseiller général et Vice-Président du Conseil général. J’ai d’ailleurs siégé à ses côté au Conseil général et je peux personnellement témoigner de ses prises de position, lui qui fut un défenseur des Hauts Cantons gardois. Exploitant agricole, il fut également Président de la Chambre d’Agriculture. Ses convictions politiques, il les forgea au cœur de l’Occupation, lorsqu’il intégra le maquis Aigoual-Cévennes, le maquis de la Soureilhade à Ardaillers sous les ordres du Pasteur Olives. De cette période, il garda toujours cette foi en l’homme et une certaine conception de la volonté. Je veux transmettre, à la famille de Francis CAVALIER-BENEZET, mes meilleures pensées et rendre hommage à sa mémoire.            

Hommage à Francis CAVALIER-BENEZET

Partager cet article

Published by jean-paul fournier - dans Réactions
commenter cet article
28 août 2014 4 28 /08 /août /2014 12:10

A une semaine de la rentrée scolaire, et alors que la France connait son troisième ministre de l’Éducation nationale en moins de trois ans, nombreux sont les étudiants inquiets pour leur avenir.

 

En effet, en supprimant la bourse au mérite au creux de l’été, le gouvernement a signé l’arrêt de mort de la méritocratie à la française !

 

Aujourd’hui le constat est clair : la bourse au mérite, mise en œuvre par Valérie Pécresse, a poussé de nombreux lycéens à se surpasser, se démener pour accéder à ce graal qui leurs ouvraient les portes d’écoles supérieures.

 

Si Messieurs Hollande et Valls sont véritablement sincères dans leur virage social libéral, ils doivent exiger de leur nouvelle Ministre de l’Éducation Nationale, dont on nous dit qu’elle a été promue au sein du gouvernement au mérite, qu’elle rétablisse ce dispositif.

 

Ce serait un signe fort, dans un climat de défiance, de pessimisme et d’abattement sans précédent !

 

Sinon, ce énième reniement des discours du candidat Hollande qui disait vouloir faire de la jeunesse la grande priorité de son quinquennat ne serait pas qu’un simple renoncement, mais une injustice intolérable doublée d’un effondrement définitif de la valeur de la parole du Président.

Partager cet article

Published by jean-paul fournier - dans Engagements
commenter cet article
26 août 2014 2 26 /08 /août /2014 18:36

C’est avec tristesse que j’ai appris la disparition de Christian BOURQUIN, président de la Région Languedoc-Roussillon depuis 2010. Même si nous ne partagions pas les mêmes idées politiques, notre passion et notre amour pour la Région nous rassemblait.

 

Ce professionnel passionné que j’ai eu plaisir à côtoyer au sein de la chambre haute du Parlement français vibrait pour notre Région, notre identité et notre culture dont il était un ardent défenseur.

 

Sur le plan local, Christian BOURQUIN et moi avons travaillé ensemble, laissant nos clivages politiques de côté, pour faire avancer certains dossiers nîmois comme ceux du plan de lutte contre les inondations “plan Cadereau “ et de la première tranche de l’Université Hoche que nous avons inaugurée ensemble il y a maintenant un an. Nous travaillions d’ailleurs main dans la main pour aboutir à l’inscription de la deuxième tranche de ce projet dans le contrat de projets État-région en cours de discussion.

 

Récemment j’ai encore eu l’occasion d’échanger avec lui sur l’attribution de fonds européens destinés au financement du projet du Musée de la Romanité. Nous avions également évoqué le combat qu’il a entrepris contre la fusion du Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées et j’espère que le flambeau sera repris par son successeur.

 

Aussi, à travers ces quelques lignes, je souhaite donc rendre un dernier hommage à cet homme de convictions, fortement engagé pour notre territoire. Mes pensées vont également vers sa famille à qui je désire transmettre mes chaleureuses pensées.

Partager cet article

Published by jean-paul fournier - dans Réactions
commenter cet article
25 août 2014 1 25 /08 /août /2014 14:56

La démission du Gouvernement est la suite logique de l’incapacité de François HOLLANDE à diriger la France. Même si c’est une preuve d’un semblant d’autorité (un ministre ça ferme sa gueule ou ça démissionne), elle révèle une plaie béante au sein même non seulement de la majorité, qui se réduit comme peau de chagrin, mais aussi, c’est un fait inédit, dans le Gouvernement. Ce schisme gouvernemental est sans précédent. De l’amateurisme latent et des couacs en rafale, nous sommes désormais entrés dans une crise de régime. François HOLLANDE avait prédit le changement, mais de là à faire naître une opposition au sein de son Gouvernement, c’est un pas inquiétant qui fragilise considérablement l’organisation de l’Etat. Heureusement que les pères fondateurs de la Vème République, le Général de Gaulle en tête, avaient prévu des instituions solides, parées à toutes épreuves.

 

Pourtant, demain, après l’annonce du  nouveau Gouvernement, c’est bien la question de la viabilité de la majorité qui reste en suspend. C’est aussi la question de l’orientation économique qui est en jeu. Alors que Manuel VALLS avait été nommé en avril à la tête d’un « gouvernement de combat », le constat d’un nouveau combat perdu pour le Chef de l’Etat est désormais fait. A une semaine de la fin des vacances scolaires, la France n’a plus de cap politique. Autant d’anxiété et d’angoisse supplémentaires pour nos compatriotes à la veille d’une rentrée qui s’annonce houleuse. Autant de questionnements pour lesquels le Président de la République n’a apparemment plus de réponses crédibles…..  

Partager cet article

Published by jean-paul fournier - dans Réactions
commenter cet article
8 août 2014 5 08 /08 /août /2014 11:41

Alors que nous allons célébrer, dans quelques jours, le 70ème anniversaire de la libération de Nîmes, la minorité chrétienne d’Irak subit une épuration qui nous ramène aux heures les plus sombres de l’Histoire européenne. Présents depuis l’Antiquité, ces Chrétiens orientaux sont la proie du Califat sunnite en cours de création au nord ouest de l’Irak et à l’est de la Syrie. Même la République islamique d’Iran s’inquiète des dérives de ce pouvoir obscur et archaïque, qu’on pourrait qualifier de moyenâgeux, s’il n’employait les techniques modernes de communication et de destruction.

 

Comme en Afghanistan, cet islamisme s’attaque au patrimoine religieux chrétien, mais aussi musulman, et souhaite rayer d’un trait de plume une partie de l’Humanité. Comme au Mali, cet extrémisme persécute des populations minoritaires, souvent sans défense. A l’instar des dragons du Roi durant la guerre des Camisards, les terroristes veulent supprimer l’existence même d’une religion qui pourtant s’est implantée bien avant l’Islam et qui a toujours été bien tolérée en Irak.

 

C’est avec émotion que j’assiste, depuis le début de l’été, aux errements de cette population. Bien entendu, l’accueil de certaines familles en France et en Europe doit être une réponse d’urgence face à la folie de cet Etat pirate dirigé par des bandits. Toutefois, nous devons également réfléchir, comme nous l’avons fait au Mali et en Afghanistan, à employer la force. Je ne suis pas belliqueux par nature, mais face au terrorisme islamique, la réponse militaire est sûrement la meilleure position à adopter.

 

L’Europe est entourée au sud et à l’est d’une barrière de pays qui endure, à des degrés divers, une forte poussée de l’islamisme. Notre devoir est d’adopter une attitude offensive à ce sujet, sans quoi, c’est non seulement les minorités chrétiennes d’Orient, en Irak, en Egypte ou en Syrie, qui sont menacées, mais au-delà, c’est bien notre vision de la démocratie et de la laïcité, qui est en jeu. L’histoire de l’Europe nous a appris que les religions pouvaient coexister et même renforcer la richesse d’une Nation. Le combat à mener est bien celui de défense de cet héritage devenu universel.   

Partager cet article

Published by jean-paul fournier - dans Engagements
commenter cet article
30 juillet 2014 3 30 /07 /juillet /2014 09:01

L'emblématique éleveur de toros de combat du Pays d'Arles, Hubert Yonnet, a dédié sa vie aux traditions camarguaises. Issu d'une dynastie enracinée en Camargue, il fût le symbole de cette double tradition de la course camarguaise et de la corrida.

 

Président de l'antique Confrérie des Gardians à laquelle Nîmes a rendu un hommage appuyé pour le 500ème anniversaire, il est le seul ganadero à avoir lidié des toros à Madrid, Séville et Barcelone. Une partie de son important élevage est d'ailleurs issu de celui de la ganaderia de la grande Conchita Cintron qui honora Nîmes de sa présence en 1991.

 

Au nom du Conseil Municipal, je veux rendre hommage à cet homme de valeur, amoureux de sa terre et de ses traditions et transmettre de respectueuses pensées à sa famille, ses proches et toute l'aficion.

Partager cet article

Published by jean-paul fournier - dans Réactions
commenter cet article
25 juillet 2014 5 25 /07 /juillet /2014 17:44

Manifester, est un droit fondamental. Chacun doit pouvoir exprimer, dans le cadre prévu par la loi, ses idées. Le choc de la Guerre au Proche Orient et des nombreuses victimes qu’elles engendrent, touchent la conscience collective. Il est normal que certains s’expriment pour appeler à la paix. Moi aussi, je suis un partisan du dialogue, plutôt que le recours aux armes par les protagonistes du conflit. 

 

Toutefois, les dérives que nous avons pu constater lors de diverses manifestations, d’ailleurs non autorisées, doit mobiliser la communauté nationale. Sous couvert d’antisionisme, cache misère d’un antisémitisme de moins en moins dissimulé, des voyous se sont attaquées à des lieux de cultes juifs ou des établissements liés à cette religion. Parallèlement, lors de véritables émeutes, des citoyens ont saccagé l’espace urbain.                  

 

Cette épreuve pour la République met en lumière l’incapacité de François HOLLANDE à pouvoir incarner l’autorité. Une autorité bafouée sur le territoire national, puisque l’interdiction de manifester, dont on peut discuter la décision, n’a pas été respectée. Une autorité bafouée à l’extérieur, puisque la voix de la France ne porte plus dans le monde. Pis encore, notre pays ne semble plus vouloir jouer un rôle diplomatique de premier ordre.

 

J’appelle le Chef de l’Etat au sursaut. Je veux également dénoncer, avec la plus grande fermeté, le racisme et les gestes foncièrement antisémites de ces sauvages. La Justice doit être exemplaire à leur encontre. Je réitère tout mon soutien à nos compatriotes de confessions israélites de France, mais aussi de Nîmes et du Gard.            

Partager cet article

Published by jean-paul fournier - dans Réactions
commenter cet article

Articles Récents

Jean-Paul Fournier

Liens

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog