Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 avril 2010 4 22 /04 /avril /2010 14:33

J'ai souhaité répondre aux attaques infondées d'un syndicat de policiers concernant la fermeture du poste de police nationale de la rue Rangueil, voici le texte de mon courrier :

 

Votre courrier en date du 12 avril et vos déclarations dans la presse de ce jour appellent de ma part une indispensable mise au point. Vous indiquez être surpris par le courrier que j’ai adressé à Monsieur le Préfet du Gard concernant la fermeture du Poste de Rangueil, ajoutant « il semblerait que le local  du quartier ait été repris par son propriétaire… la Ville de NIMES ». Que les choses soient claires : la Ville n’a jamais demandé la restitution de ces bureaux.

 

S’agissant de la fermeture ou transfert du Poste de Police, j’ai  manifesté mon désaccord profond sur le fond et sur la forme à Monsieur le Préfet du Gard dés que j’ai eu connaissance de cette décision, le 26 Mars 2010 et désaccord que j’ai confirmé verbalement lors d’une récente réunion. Sur le fond, le quartier  du Nord Gambetta fait l’objet d’une réhabilitation ambitieuse et indispensable pour les habitants de ce quartier Nîmois. Le poste de Police doit conserver toute sa place dans ce projet. Sur la forme, la ville a été informée de la fermeture de ce service, sans la moindre concertation ce qui est pourtant, à mes yeux, un préalable essentiel.

 

Vous accusez les parlementaires de la majorité d’avoir voté en faveur de la politique gouvernementale sur les effectifs de la fonction publique et notamment la Révision Générale des Politiques Publiques (RGPP). J’adhère évidemment à la nécessité de réformer l’Etat. Néanmoins, j’ai émis des réserves concernant la sécurité et  la Justice domaines pour lesquels je demande une attention particulière au regard des attentes fortes des Français. Par ailleurs, je suis intervenu le 30 mars 2010 à la tribune du Senat pour confirmer mon attachement à la sécurité de nos concitoyens.

 

J’ai adressé un courrier le 27 mars 2010 à Monsieur le Ministre de l’intérieur sur la situation des effectifs de police de Nîmes et du Gard que je considère comme très insuffisants pour mener à bien une politique de sécurité publique conforme à nos aspirations. Il est vrai qu’aujourd’hui les progrès enregistrés depuis 2001 en matière de lutte contre l’insécurité s’essoufflent. Le critère des effectifs est primordial mais ce n’est pas le seul. Votre rôle de syndicaliste ne peut se limiter à demander plus de moyens mais doit aussi permettre d’identifier l’origine des problèmes auxquels  vous êtes confrontés au quotidien.

 

J’aurais préféré que vous vous exprimiez sur des propositions concrètes d’action plutôt que de mettre en cause la politique menée par mon équipe municipale qui pourtant place la sécurité des Nîmoises et des Nîmois au cœur de ses priorités. Toute personne de bonne foi ne peut contester en cela nos efforts et notre implication."

 

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Réactions
commenter cet article
31 mars 2010 3 31 /03 /mars /2010 14:24

Ce débat est plus que jamais d'actualité : les récentes élections ont fait ressortir un besoin de sécurité et le projet Loppsi consacre une section entière à la vidéoprotection. Par parenthèse, ce dernier terme réaffirme utilement le but de cet outil -protéger les citoyens et les biens-, la surveillance n'étant qu'un moyen d'y parvenir.

 

Tout d'abord, l'encadrement juridique actuel est-il adapté à la généralisation de la vidéoprotection dans les lieux publics ? Depuis 1995, le régime d'autorisation préfectorale après avis de la commission départementale reste la règle. Pour les élus, soumis aux pressions directes des victimes et des administrés en proie à un fort sentiment d'insécurité, il importe que le délai de consultation de la commission -trois mois maximum, plus un mois- soit respecté. En cas d'engorgement dans le traitement des demandes, il devra revenir aux préfets d'augmenter la périodicité des réunions de la commission. Parce que la lutte contre la délinquance est un combat de longue haleine, qui exige de la réactivité au niveau local, il faut gagner en souplesse. Le Conseil constitutionnel ayant imposé en 1994 un régime d'autorisation expresse, la solution serait de recourir davantage à la demande d'autorisation de périmètre vidéo-protégé prévue par le décret du 22 janvier 2009 -la notion de périmètre mérite d'ailleurs d'être approfondie. Enfin, le Gouvernement a accordé aux préfets un droit de prescription en 2006 concernant la vidéo-protection pour des motifs de défense nationale ou encore dans les transports collectifs, droit que les députés ont récemment étendu aux caméras urbaines lors de l'examen du projet initial de Loppsi. Malgré les intentions louables du Gouvernement, le libre arbitre de l'élu doit demeurer. Je ne doute pas un instant que notre assemblée y veillera.

 

Ensuite, l'encadrement juridique permet-il une utilisation optimale des sources vidéo par les forces de l'ordre ? D'après le rapport de l'Institut national des hautes études de sécurité, l'efficacité de la vidéo-protection tient tout d'abord à la qualité des images. La norme de très haute qualité fixée dans la loi de 2006 devra donc être actualisée au gré des évolutions technologiques. Ensuite, une bonne image est inutile si personne n'est capable de la traiter. Le traitement des images relève de l'État. Or l'intérêt de celui-ci pour la vidéo-protection est récent. Depuis 2007, il a rattrapé son retard avec la création du Fonds de prévention de la délinquance et sa contribution financière au raccordement des gendarmeries et commissariats aux centres de supervision urbains. Il serait souhaitable de formaliser l'utilisation de la vidéo-protection dans les contrats locaux de sécurité et de rendre obligatoire une disposition prévoyant l'accès des policiers et des gendarmes aux images et enregistrements dans l'arrêté d'autorisation. Peut-être serait-il également opportun de créer une classification judiciaire spéciale pour les agents opérateurs des centres de supervision urbains, affectés à une tâche de repérage et de sélection des images. Ma ville, Nîmes, en compte deux. Enfin, la réglementation doit accompagner la diversité d'utilisation de la vidéo-protection. En matière de contravention routière, la vidéo est utile pour les contraventions à la volée. En revanche, la procédure de verbalisation demeure trop lourde -convocation du contrevenant, transmission au parquet. Ne pourrait-on pas calquer ces procédures sur celles utilisée pour les radars automatiques ?

 

Dernière question : l'encadrement juridique actuel prévient-il efficacement les atteintes à la vie privée ? Le sérieux de la procédure d'autorisation plaide pour son maintien : peu de plaintes et, de surcroît, sans gravité. Pour autant, l'évolution des technologies doit conduire à une évolution des organes de contrôle. La compétence de la Cnil, avait observé le rapport d'information de 2008, pourrait être étendue à la vidéo intelligente, voire biométrique. Certes, nous n'ignorons pas les récents commentaires du Conseil constitutionnel sur la loi de 1978 et votre souhait, monsieur le ministre, d'attribuer la compétence de contrôle a posteriori à la commission nationale de vidéosurveillance. Pourquoi créer, à l'heure de la RGPP, un organisme supplémentaire quand la Cnil est compétente ? La troisième voie ne consisterait-elle pas à rattacher la commission nationale de vidéosurveillance au Défenseur des droits ? Quoi qu'il en soit, maintenons une séparation entre l'autorisation et le contrôle. En bref, si la réglementation actuelle ne présente pas de défauts substantiels quant au respect de la vie privé, il faudra néanmoins l'adapter pour tenir compte de l'évolution des techniques et de la généralisation de la vidéo-protection dans la sphère publique. (Applaudissements sur les bancs UMP)

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Actualité Politique
commenter cet article
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 14:39

Au lendemain des élections régionales qui viennent de se dérouler, nous devons faire ensemble le constat d’une victoire de la gauche dans notre pays.

 

Je voudrais tout d’abord rendre un hommage particulier à nos candidats gardois qui, sous l’impulsion d’Eddy VALADIER, ont mené une formidable campagne de terrain, allant quotidiennement à la rencontre de nos concitoyens pour expliquer et défendre le seul vrai projet d’avenir pour le Languedoc-Roussillon dont ils étaient porteurs. Malheureusement, l’agitation médiatique focalisée à gauche a rendu leur message presque inaudible. C’est regrettable au vu du travail qu’ils ont fourni.

 

Malgré cela, notre département conserve 4 conseillers régionaux UMP : Eddy VALADIER, Mary BOURGADE, Christophe RIVENQ et Monick TAPISSIER, qui seront pendant les 4 années de cette mandature, de vrais défenseurs de nos villes et de notre département à la Région. Je sais que nous pourrons tous compter sur leurs compétences, leur dynamisme et leur disponibilité.

 

Dans cette élection régionale, la majorité présidentielle a clairement fait les frais d’une abstention record, due en grande partie à une incompréhension de la politique impulsée par le Président de la République. De même les récentes nominations aux plus hauts niveaux n’ont pas été toujours appréciées. Les réformes indispensables pour notre pays doivent être mieux expliquées pour être comprises et acceptées par les français.

 

Ce résultat ne doit en aucun cas nous démobiliser. Souvenez-vous de 2004, nous avions là aussi clairement subi un échec lors des élections régionales. Mais notre mobilisation, notre volonté d’agir au service de nos concitoyens nous a permis par la suite de gagner tout aussi clairement les élections présidentielles puis législatives en 2007 et par la suite, du moins dans notre région, les élections municipales de 2008. Il nous faut donc rester mobilisés et enthousiastes pour aborder les échéances futures. Nos convictions doivent triompher de notre déception du moment.

 

Je compte sur vous dans ces échéances à venir, et je reste convaincu que demain nous pourrons encore fêter ensemble de nombreuses victoires pour nos villes, nos départements et notre pays.

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Actualité Politique
commenter cet article
5 mars 2010 5 05 /03 /mars /2010 09:23

Ce 4 mars restera comme un moment fort de la campagne des régionales en Languedoc-Roussillon. Plus de 1.500 personnes se sont en effet pressées dans la salle du stade des Costières pour assister à la réunion publique organisée autour du Premier Ministre en soutien à Raymond COUDERC et Eddy VALADIER.


C'est pour moi, en tant que Secrétaire Départemental de l'UMP et Maire de Nîmes, un très grand motif de satisfaction si l'on compare cette formidable mobilisation qui a rassemblé dix fois plus de personnes que pour le meeting du Maire de Paris venu apporter son soutien à la candidate du Parti Socialiste. J'y vois un signe que la mobilisation est en marche et que le changement en Langeudoc-Roussillon est non seulement souhaitable, mais qu'il est possible. Je vous invite à lire le discours que j'ai eu l'occasion de prononcer à cette occasion.


Discours FF 4 mars 2010[1]

Il reste désormais moins de 10 jours avant le premier tour et j'en appelle à la mobilisation de chacune et chacun d'entre vous pour le 14 mars prochain.

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Actualité Politique
commenter cet article
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 16:51

Depuis le début des années 90, les arboriculteurs sont confrontés aux conditions indécentes de traitement des vergés infectés par le virus de la Sharka. Pour la première fois dans ce dossier, le Ministre de l'Agriculture a accepté d'organise en ma présence et celle de mon collègue Etienne MOURRUT, une réunion au Ministère rassemblant les représentants agricoles du Gard et de la Drôme sur ce sujet.

 

Le Ministre, Bruno LE MAIRE a non seulement donné la preuve d’une parfaite connaissance du dossier mais a clairement pris un certain nombre d’engagements envers les arboriculteurs. A ma demande, il a décidé de la suspension de toutes les procédures de saisie par huissier.

 

Ensuite, il s’est engagé à nommer un médiateur rattaché à chacune des préfectures concernées pour faire le bilan de la situation exploitation par exploitation pour régler les dossiers. Dans le même temps, ce médiateur devra définir et proposer une stratégie globale pour sauvegarder l’outil de production. Il aura le pouvoir sur le terrain de saisir le médiateur du crédit, de négocier avec la MSA et de rappeler France Agrimer à sa mission pour ce qui concerne les replantations.

 

D’autre part, le Ministre proposera la création, dans les semaines à venir, d’une caisse de solidarité, le seul outil juridique et financier valide pour assurer les indemnisations pour l’arrachage des vergers infectés.

 

Enfin, la sauvegarde des terroirs devra aussi faire l’objet d’un plan sanitaire de décontamination.

 

Le Ministre m’a indiqué qu’il veillerait à ce que les dispositions pour l’éradication du virus soit appliquées avec la même rigueur dans tous les départements.

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Engagements
commenter cet article
17 février 2010 3 17 /02 /février /2010 11:35

Lundi 15 février

Rendez-vous en Mairie

 

Mardi 16

Hommage aux Gendarmes victimes du devoir

Rendez-vous en Mairie

Remise de la médaille de Chevalier des Arts et Lettres à José PIRES

 

Mercredi 17

Rendez-vous avec Bruno LE MAIRE, Ministre de l’Agriculture sur le dossier de la Sharka, en compagnie d’Etienne MOURRUT et des arboriculteurs du Gard

Séance publique au Sénat

Réunion de la Commission des Affaires Etrangères, de la Défense et des Forces Armées

 

Jeudi 18

Visite de la base de Sous-marins nucléaires de l’Île Longue avec une délégation du Sénat.

 

Vendredi 19

Réunion de travail avec les services municipaux

Rencontre avec le Président et la Directrice de l’Agence d’Urbanisme

Conseil Syndical du Syndicat Mixte de l’aéroport

Réunion du Comité UMP de la 1ère Circonscription du Gard

 

Lundi 22

Cérémonie en l’honneur des retraités de la Mairie de Nîmes

Réunion publique sur l’état d’avancement du programme CADEREAU de protection contre le risque inondation

 

Mardi 23

Réunion du groupe UMP au Sénat

Séance Publique au Sénat

 

Mercredi 24

Réunion de la Commission des Affaires Etrangères, de la Défense et des Forces Armées

Séance Publique au Sénat

 

Jeudi 25

Rendez-vous en Mairie

Réunion Sénatoriale avec les Maires du Canton de Saint Gilles

 

Vendredi 26

Réunion de travail à Nîmes Métropole

Visite d’entreprise sur la zone de Saint Césaire

Match Nîmes Olympique / Nantes

 

Samedi 27

AG du Comité de Quartier Villeverte

Inauguration de l’exposition pour la fête nationale du timbre

AG de l’Amicale des Bônois et Constantinois du Gard

Fête de l'Amitié comité de quartier route d'Alès

 

Dimanche 28

Journée de l'Olivier Comité de quartier La Cigale

 

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Agenda
commenter cet article

Jean-Paul Fournier