Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mai 2012 1 07 /05 /mai /2012 17:22

Les Français se sont exprimés. Ils ont placé en tête le candidat socialiste, qui devient le nouveau Président de la République. Comme des millions d’électeurs, je n’ai pas fait ce choix, mais je souhaite, pour la France, au nouveau chef de l’Etat de réussir dans sa nouvelle tâche. Elle sera rude, très rude. En effet, pour continuer à sortir la France de la crise, permettre le retour à la croissance et rétablir les comptes publics, la situation exige de poursuivre les réformes avec la plus grande des rigueurs, le plus grand des courages.

 

Ces résultats sont indéniablement la conséquence directe de la crise qui touche le monde entier, et plus particulièrement l’Europe, depuis 4 années et qui a, malgré l’énergie et la pugnacité de Nicolas SARKOZY, fait souffrir les Français. Parallèlement, l’antisarkozysme virulent, caricatural et souvent outrancier, a été, je le pense, totalement dévastateur. Le moment viendra où certains devront faire leur autocritique sur ces démarches trop souvent stériles, bien loin d’une exigence démocratique et du respect républicain que chacun doit avoir pour un Président de la République.

 

Néanmoins, on peut constater que François HOLLANDE n’a pas bénéficié du raz-de-marée annoncé par les sondages. Si les électeurs ont choisi clairement l’alternance, sa courte majorité démontre que les idées défendues par Nicolas SARKOZY sont, je le crois, toujours d’actualité. La lutte contre les déficits publics, la défense de l’indépendance énergétique, l’opposition au droit de vote des étrangers aux élections locales, le renforcement de la sécurité de tous, l’amélioration de la compétitivité de la France, voilà les arguments forts que l’UMP et au-delà notre famille de pensée, devra défendre, notamment dans l’optique des législatives. Lors du rendez-vous électoral de juin, la France aura le choix entre la concentration de tous les pouvoirs locaux et nationaux par un clan, situation quasi-inédite sous la 5ème République, ou l’émergence d’une opposition réelle au sein des institutions. Nous devons lutter impérativement contre cette hypertrophie du pouvoir par le Parti socialiste et gagner la majorité à l’Assemblée nationale.

 

Les résultats locaux démontrent toutefois une bonne tenue du Président sortant. D’une terre de mission pour nos idées, il y a encore quelques années, le Gard est devenu une terre de résistance, avec une avance nette pour Nicolas SARKOZY. D’ailleurs, 4 circonscriptions gardoises sur 6 l’ont clairement placé en tête, ce qui donne beaucoup d’espoir pour les échéances législatives. A Nîmes, l’avance de 1500 voix de François HOLLANDE est moins large proportionnellement qu’au niveau national et offre, de toutes les grandes villes de la région Languedoc-Roussillon, le plus faible score au candidat socialiste. J’ajoute que 3 cantons nîmois sur les 6 et de très nombreuses communes de Nîmes Métropole ont préféré le Président sortant.     

           

Je veux à ce titre saluer le départ très digne, plein de panache, de Nicolas SARKOZY, qui a réalisé, en 5 ans, un travail remarquable de réformes, qui a réussi à protéger les Français durant la crise et qui a su donner une nouvelle image de la France à l’étranger. Je suis particulièrement fier de l’avoir soutenu durant son mandat et je lui souhaite une large réussite dans toutes ses nouvelles entreprises. 

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Réactions
commenter cet article

commentaires

Jean-Paul Fournier