Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 juin 2013 3 05 /06 /juin /2013 11:55

Certes, l’heure est à la réforme et aux économies. Mais dans la multitude de réduction de dépenses que le Gouvernement pouvait imaginer, je pense notamment au renoncement des embauches massives de fonctionnaires dans l’Education nationale, il a été fait un choix totalement inique. Non seulement, la baisse du quotient familial fragilise le pacte social, né de la Seconde Guerre mondiale et du Conseil national de la Résistance, laissant la porte ouverte à la création d’une santé à deux vitesses, mais elle donne un coup très dur au pouvoir d’achat de nombreuses familles de France. En effet, cette régression sociale ne va pas toucher que les familles dites aisées, mais bien les classes moyennes, qui sont au cœur de la société française.

 

Ainsi, c’est toute notre politique familiale, et donc le taux de fécondité le plus élevé d’Europe, qui va souffrir. Plus largement, la baisse du quotient familial engendre une hausse des impôts pour de nombreux foyers français, réduisant automatiquement la consommation des ménages. La décision va donc déstabiliser, encore un peu plus, la croissance du pays.

 

Alors que le Président de la République, s’était engagé à ne plus le faire, il a augmenté les impôts. Cette nouvelle fragilisation de la parole présidentielle se double d’une remise en cause de la politique familiale. Pourquoi, dans des périodes aussi troublées, abimer ce qui marche ? Une nouvel énigme de la présidence HOLLANDE…

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Point de vue
commenter cet article

commentaires

Jean-Paul Fournier