Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 16:23

Les violences urbaines, à tendance communautariste, qui se sont déroulées ces derniers jours à Trappes, en banlieue parisienne, sont inquiétantes. Elles résultent d’un refus, par des individus, de se soumettre à un contrôle de police, dans le cadre stricte de la loi de la République. Non seulement cet acte de rébellion est inadmissible, mais sa conséquence disproportionnée démontre que malheureusement une partie de la population française, même minime, n’accepte pas toutes les valeurs nationales, notamment celle de laïcité.  

 

Si je peux comprendre que les quartiers sensibles souffrent, sûrement plus que d’autres, des très lourds problèmes économiques que connait le pays, je ne peux me résoudre à voir une minorité défier l’ordre public, les policiers en l’occurrence, dont je tiens à saluer le sang froid et l’exemplarité des interventions.

 

Sans revenir sur le débat concernant le voile intégral, j’ai fait parti des Sénateurs qui ont voté des deux mains la loi l’interdisant sur l’espace public. Alors que le FN s’y est, en partie, opposé et que les parlementaires de gauche n’ont pas pris part au vote, ma famille politique avait décidé d’assumer une attitude ferme sur ce sujet. Revenir en arrière serait une défaite cuisante des républicains de tous bords. Dans une République une et indivisible, la loi doit s’appliquer partout de la même manière. La République doit être intraitable envers celles et ceux qui souhaitent voir vaciller ses bases. Je n’en démordrai jamais, la laïcité est pour moi non négociable. 

 

En revanche, notre République solidaire doit pouvoir porter une attention toute particulière aux personnes et aux secteurs les plus en difficultés. Comme l’a initié le plan ANRU, une intervention massive de fond public a permis de rénover certains quartiers. Il est urgent de que le Gouvernement, tout en restant rigide sur l’application de la loi, entame une nouvelle étape dans ce domaine. A Nîmes, des quartiers, comme celui de Pissevin, attendent toujours que l’Etat entame une nouvelle étape de son plan de rénovation urbaine.     

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Point de vue
commenter cet article

commentaires

Jean-Paul Fournier