Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2011 1 05 /09 /septembre /2011 09:35

Crise-fruits-et-legumes-31-aout-2011-004.jpg

 

Répondant à la demande du monde agricole et de Jean-Louis PORTAL, Président de la Fédération Départementale des Exploitants Agricoles (FDSEA), j’ai visité, la semaine dernière, des vergers et des stations de conditionnement du plateau des Costières, outils de production du secteur « fruits et légumes », en pleine crise depuis trois saisons. Le contraste entre l’excellence du terroir et la compétence des hommes d’une part, et la vision saisissante de l’augmentation des terres en friche d’autre part, ne peut pas laisser indifférent.

 

A la suite de la visite, j’ai participé, en compagnie de mon collègue Député Etienne MOURRUT, à une présentation du bilan et d’un compte d’exploitation d’une unité de production gardoise type, par le centre de gestion. Aujourd’hui, un tiers des exploitations sont en quasi cessation de paiement, alors que la totalité perd, depuis trois ans, de l’argent. En quelques années, les agriculteurs espagnols sont devenus des concurrents redoutables pour nos producteurs. En effet, ils peuvent vendre leurs productions à des prix très bas, en raison du coût d’une main-d'œuvre moins élevée et de normes environnementales beaucoup moins strictes qu’en France, n’hésitant pas à violer les réglementations européennes et leur propre législation nationale.

 

Ainsi, j’ai fait part, lors des discussions, de l’importance de l’agriculture pour l’économie de Nîmes Métropole qui jouit d’un terroir d’excellence pour la production arboricole. Ce combat n’est d’ailleurs pas nouveau pour moi, puisqu’il fait écho à mes différentes interventions, en tant que Sénateur du Gard, à la Haute Assemblée. Je soutiens pleinement les agriculteurs qui souhaitent un plus grand respect des règles communes européennes de la part des producteurs espagnols, notamment en matière de coût du travail et de la mise en vente de productions théoriquement non commercialisables.

 

Lors de ces entretiens, j’ai également indiqué que le Gouvernement, via le Ministre de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du Territoire, Bruno LEMAIRE, avait pris toute la mesure de la crise et qu’un plan de grande ampleur devrait donner bientôt un ballon d’oxygène aux producteurs de fruits et de légumes. Plus largement, je pense qu’il est nécessaire de discuter, dans le cadre parlementaire, des dispositions du Rapport Reynes, qui fait des propositions intéressantes sur le coût de la main-d'œuvre, mais aussi du respect des règles en Europe, en prévoyant des sanctions lourdes le cas échéant.

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Actualité Politique
commenter cet article

commentaires

Jean-Paul Fournier