Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2014 1 06 /01 /janvier /2014 08:27

Républicains, nous appliquerons la loi instituant la réforme des rythmes scolaires. Cependant, nous continuerons à condamner la manière dont celle-ci a été menée. C’est pourquoi, lors du dernier Conseil Municipal, j’ai formulé un vœu, adopté à la majorité, que je vous invite à retrouver :

 

  • Considérant qu’une majorité de français, ainsi que le corps enseignant, les parents d’élèves, et leurs représentants sont opposés à cette réforme précipitée et non concertée
  •  Considérant que le coût de cette réforme est exorbitant pour les communes qui devront supporter les nouvelles dépenses sans en avoir décidé.
  • Considérant que pour la Ville de Nîmes, ce surcoût est évalué à 1,5 millions d’euros dans la fourchette basse et à 2,5 millions d’euros dans la fourchette haute en année pleine en raison des charges nouvelles qui pèseront sur la collectivité du fait de l’ouverture des établissements une demi-journée supplémentaire par semaine (chauffage, personnels communaux d’encadrement et de nettoiement, transport, etc …)
  • Considérant que les clubs sportifs, les écoles d’art, de théâtre, d’équitation, et plus généralement les associations de loisirs vont subir une perte sèche d’activité et de recettes en perdant la faculté d’accueillir les enfants le mercredi matin.
  • Considérant que les collectivités se trouveront face à un problème profond en termes de mise à disposition de salles, locaux scolaires, terrains de sport et autres équipements communaux occupés, à ce jour à 100 % par ces associations, et qui ne pourront pas être toutes satisfaites sur un temps réduit.
  • Considérant que le fonctionnement et les horaires du Conservatoire de Musique devront être revus, avec une perte de qualité de l’enseignement artistique par un nécessaire regroupement des enseignements sur une période plus courte.
  • Considérant que les centres de loisirs municipaux seront fortement impactés puisqu’ils devront revoir leurs projets éducatifs, initialement bâtis sur une journée de présence des enfants, ce qui par ailleurs constitue une menace directe sur l’emploi des animateurs.
  • Considérant que les parents et grands parents devront faire face à une désorganisation de leur activité ou de leur emploi du temps.
  • Considérant que certains parents seront également contraints de négocier, dans des conditions souvent difficiles avec leurs employeurs de nouveaux horaires de travail, ou de modifier les modes de garde d’enfants.
  • Considérant que ces difficultés supplémentaires pourraient toucher les parents divorcés ayant eu parfois des difficultés à mettre en place un mode de garde alternée.
  • Considérant que l’aide de l’Etat annoncée, sans concertation, ni information officielle, non seulement, ne compense pas le coût total, mais s’arrêtera dès la rentrée 2015/2016.

 

Nonobstant le fait que La Ville de Nîmes ait délibéré pour organiser au mieux la mise en place des nouveaux rythmes scolaires pour la rentrée 2014/2015, imposée par l’Etat. Le Conseil Municipal de la Ville de Nîmes tient à exprimer son désaccord, comme  à la fois sur le fond et sur la forme de cette réforme. Le Conseil municipal de Nîmes demande à l’Etat d’assumer pleinement le coût des décisions qu’il entend imposer aux collectivités locales. Le Conseil Municipal de la Ville de Nîmes demande ainsi au Ministre de l’Education Nationale de retirer sa réforme et d’ouvrir la concertation indispensable avec l’ensemble des acteurs concernés.

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Engagements
commenter cet article

commentaires

Orthographe 16/01/2014 17:52


Pourquoi nous l'avons adoptéE? Nous avons adopté quoi ? La réforme

jean-paul fournier 16/01/2014 18:09


Merci de votre soutien très scolaire


Jean-Paul Fournier