Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2011 5 19 /08 /août /2011 17:59

La zone euro, dans un cadre économique et financier mondial fortement dégradé, est en train de subir une épreuve sans équivalent, qui fait dire à certains spécialistes qu’elle joue sa survie. Loin de ces positions alarmistes, il faut tout de même constater que cette situation, conséquence conjoncturelle de l’attaque spéculative des marchés, est le résultat d’années d’endettement hasardeux des Etats.  

 

Depuis 2008 et le début de la dépression financière, le système qui est l’une des causes de cette crise, est entré dans un processus lent, mais inévitable, de réforme. Ainsi, les Etats, au sein du G7, puis du G20 créés à l’initiative du Président de la République, Nicolas SARKOZY, en lien étroit avec les organismes internationaux que sont le FMI ou la Banque mondiale, ont cherché, lors de divers conférences et sommets, le modus vivendi pour atténuer les effets de la crise. Bien entendu, beaucoup reste encore à faire pour faire évoluer le système de notation des Etats, par des agences véritablement indépendantes.

 

Toutefois, durant cette même période, l’Europe a peiné à se coordonner pour donner un peu de cohérence aux 17 politiques budgétaires différentes, obligeant les pays de la zone euro à répondre dans l’urgence à des fièvres financières, comme ce fut le cas au mois de juillet avec la Grèce. Désormais, la monnaie unique nous oblige à respecter scrupuleusement des règles communes en matière de dette et de déficit. 

 

Néanmoins, force est de constater que la France, grâce aux diverses réformes entamées au début du mandat de Nicolas SARKOZY, comme l’allongement du départ à la retraite, le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux ou la révision générale des politiques publiques, bénéficie toujours de la confiance des marchés. Après des années, de déficit budgétaire lié à la crise économique et au nécessaire plan de relance, la courbe de l’endettement commence à ralentir.   

 

Aujourd’hui, en raison d’une nouvelle baisse de la croissance économique, la France doit à nouveau montrer sa capacité à se désendetter. Je ne doute pas que le Président de la République et le Gouvernement de François FILLON sauront trouver les clés de cette délicate équation, en réduisant les dérogations fiscales, en augmentant les impôts des plus hauts revenus et en accélérant la réforme de l’Etat.

 

Parallèlement, l’Europe doit aussi évoluer. Le récent sommet franco-allemand de l’Elysée a permis de mettre enfin, sur les fonds baptismaux un gouvernement économique européen. En outre, il a été décidé de faire adopter par les 17 pays de la zone euro la désormais fameuse règle d'or qui consiste à inscrire dans la constitution de chaque Etat, un article stipulant que les lois de finances annuelles doivent se soumettre à un objectif de retour à l'équilibre budgétaire. A n’en pas douter, c'est une règle de bon sens qui doit conduire à la diminution des déficits et à la réduction de l'endettement. 

 

Ainsi, c’est grâce à la coopération des Etats, stimulée par le volontarisme de nos dirigeants, à l’instar de celui de Nicolas SARKOZY, que l’Europe sortira renforcée de cette délicate zone de turbulence.

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Réactions
commenter cet article

commentaires

Jean-Paul Fournier