Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 12:00

visite-ministre-Md-kosciuko-MORIZET--1-.JPGLa visite, en début de semaine, de Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET, Ministre de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement, a été très positive. Venue pour constater les réalisations gardoises en matière de lutte contre les inondations, j’ai pu, avec Jean-Marie FILIPPI, mettre en avant les aménagements du chantier CADEREAU sur l’avenue Georges Pompidou.

 

En effet, malgré les nuisances qu’ils peuvent engendrer à très court terme, pour les riverains et les déplacements urbains des Nîmoises et des Nîmois, ces importants travaux, vont permettre, à moyen et long terme, de sécuriser une grande partie des quartiers ouest de notre Ville des risques.

 

A l’issue, nous avons participé à une réunion, dans les locaux de la direction départementale des territoires et de la mer sur les politiques mises en œuvre dans ce domaine, notamment le futur PPRI, dont la Ville de Nîmes a émis quelques réserves à son application. 

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Actualité Politique
commenter cet article

commentaires

coupe 20/12/2011 21:45


Bonjour,


C'est très bien de mettre en place un tel programme d'envergure pour les Nîmois et les Nîmoises : je suis très contente que ce projet aboutisse car comme beaucoup d'habitants de l'époque en 1988
j'étais présente lors de ces inondations catastrophiques pour notre ville. D'ailleurs à cause de ces dernières j'ai perdu ma grand-mère paternelle qui est morte de chagrin car elle avait perdu
tous ses souvenirs - mes grand-parents habitaient au Mas de Mingue-. Durant cette période moi-même j'habitais la rue Auguste Bosc, une rue perpendiculaire au Jean Jaurès et j'étais au collège
Jules Verne. Je me souviens d'une longue nuit orageuse avec un tonnerre très fort qui faisait écho. Depuis, je n'aime pas les orages et je trouve dommage qu'il n'est pas eu une aide psychologique
pour parler d'un tel drame car c'est comme une trace indélibile: cela reste à jamais gravé dans les mémoires.

Jean-Paul Fournier