Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 18:11

« C’est la journée la plus importante de ma vie politique ». Par ces mots prononcés au Mali, ce samedi, le Président de la République a partagé la satisfaction de voir nos troupes réaliser un parcours remarquable dans ce pays africain et ainsi garantir sa souveraineté. Je partage cet enthousiasme, qui est moins le fait du charisme de Chef de guerre de François HOLLANDE, que de la qualité de nos Armées et la préparation, depuis des mois, de l’Etat Major militaire. Reste à gagner la paix. Sur ce point, la tâche de l’exécutif est encore immense, tant il faut désormais trouver des solutions pour libérer les otages français, pacifier ce vaste territoire, régler le problème du terrorisme et entamer des discussions pour une transition démocratique à Bamako, en lien avec les partis Touaregs sécessionnistes.

 

Une nouvelle fois, le Président de la République a appris que sa fonction n’était pas « normale », comme il se plaisait à la définir lors de la campagne des élections présidentielles. Mais cette image martiale, construite à grand renfort de communication, contraste avec les nombreux flottements intérieurs. Aujourd’hui, l’action menée en matière économique, industrielle ou sociale s’apparente plus à la politique du chien crevé au fil de l’eau. L’incohérence est partout, démontrant une certaine fébrilité face aux périls qui menacent notre pays. Chômage, insécurité, plans sociaux, baisse du pouvoir d’achat, le Gouvernement semble de plus en plus impuissant et avance en rang dispersé. Pour preuve, l’indécision inquiétante du couple exécutif quant aux discussions sur la procréation médicalement assistée, tiraillé entre sa majorité, ses doutes et l’opinion. Plus grave encore, les décisions prises pour la compétitivité, en contradiction totale avec les 20 milliards d’impôts nouveaux pesant sur les entreprises votés en fin d’année dernière.   

 

Pour ma part, j’eusse vraiment préféré que le Chef de l’Etat annonce sa « journée la plus importante de la vie politique », le jour où le nombre de demandeurs d’emplois entamera enfin sa décrue. Malheureusement, avec la politique engagée, ce jour semble bien plus proche des calendes grecques......          

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Point de vue
commenter cet article

commentaires

Jean-Paul Fournier