Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2014 3 02 /04 /avril /2014 15:07

Le 1er avril est traditionnellement la journée des farces. Elle fut hier la date choisie pour la passation de pouvoir entre l’ancien et le nouveau Premier ministre de la France. Défié dans les urnes, lors du rendez-vous électoral de dimanche, c’est la réponse choisie par le Président de la République, aux attentes de plus en plus fortes des Françaises et des Français, notamment en matière d’emploi. D’ailleurs, rarement une élection municipale a été aussi mauvaise pour le parti au pouvoir. Cette sanction est la conséquence directe, non seulement de l’absence de résultat en matière économique, mais aussi d’une certaine incompétence de la part des socialistes.

 

Ainsi, l’arrivée de Manuel VALLS à Matignon est sans nul doute la réaction logique à cet amateurisme ambiant qui fut la marque de fabrique de l’action du Gouvernement coordonnée par Jean-Marc AYRAULT. Espérons que l’ancien Ministre de l’Intérieur, dont le bilan place Beauveau est plus que discutable, puisse enfin trouver la voie de l’autorité. Un chemin semé d’embuches, surtout quand celui-ci est rendu difficilement praticable par un Chef de l’Etat, qui n’arrive pas à trouver son cap et qui ne cesse de louvoyer entre différentes lignes politiques.

 

Le choix de Manuel VALLS est peut être un gage donné à la réforme. Mais la composition du Gouvernement, même si les Verts ne souhaitent pas y participer, laisse présager de nouvelles querelles de clochers nuisibles à la conduite des affaires de la France. En effet, mise à part Ségolène ROYAL, l’équipe ne compte aucune nouvelle tête. En outre, avec le maintien de Christiane TAUBIRA, Marysol TOURAINE ou Michel SAPIN, le Président de la République donne une prime à des ministres, dont l’action à été un véritable échec.      

 

Aujourd’hui, le nouveau Premier ministre doit impérativement choisir l’intérêt général, plutôt que les intérêts particuliers de telles ou telles chapelles de la gauche ou du PS. Il doit tout faire pour favoriser enfin la reprise économique qui tarde, contrairement à d’autres pays d’Europe, à repartir. Il doit aussi permettre de réformer en profondeur la France, avec comme objectif l’efficience et les économies budgétaires. La tache est immense, mais le défi devra être atteint sans quoi la défiance vis-à-vis du Chef de l’Etat pourrait être plus grande encore lors des prochaines échéances électorales.              

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Réactions
commenter cet article

commentaires

Jean-Paul Fournier