Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juin 2012 5 29 /06 /juin /2012 16:11

Le Gouvernement vient d’annoncer, via son Ministre du Travail, une hausse extrêmement limitée du salaire minimum. Alors que lors de la campagne des élections présidentielles, le candidat François HOLLANDE avait laissé entendre qu’il octroierait un coup de pousse substantiel au SMIC, force est de constater que le résultat sur la feuille de paye est plus que maigre. Je le dis clairement, je suis satisfait de cette décision mesurée qui ne va pas trop alourdir l’activité des entreprises. J’aurais toutefois préféré que le Gouvernement se penche sur la compétitivité française, plutôt que d’annoncer dans la même semaine une hausse du SMIC, la fin de la TVA anti-délocalisation et une augmentation généralisée des impôts et des charges pesant sur les entreprises, laissant présager de lourdes conséquences en terme d’emploi.

 

Le plus surprenant vient toutefois de la réaction très hostile des syndicats, qui ont ostensiblement soutenu François HOLLANDE durant la campagne électorale, et des salariés eux-mêmes, qui ne sont certainement pas satisfaits de la mesure. Pour eux, cette décision est clairement un reniement. Jean-Luc MELENCHON, le chef de la gauche enragée, dénonce d’ailleurs, et assez justement une hausse, qui permettra aux travailleurs de s’acheter, je cite : « un café par semaine » ou « un carambar par jour ». 

 

Pour la population active et les classes moyennes, le plus inquiétant est malheureusement à venir. Avec les décisions qui vont être prises dans le courant de l’été, et dont une grande partie sont déjà connues, c’est le pouvoir d’achat de l’ensemble des Français qui est menacé.

 

La remise en question de la défiscalisation des heures supplémentaires, le retour des droits de succession ou l’augmentation des cotisations retraite vont lourdement peser sur le salaire et la vie de nos concitoyens. François HOLLANDE a fait toute sa campagne électorale en dénonçant le manque de résultat de Nicolas SARKOZY en matière de pouvoir d’achat. Dans son nouveau costume de chef de l’Etat, il s’est drapé dans des habits de défenseur de la croissance. J’ai bien peur qu’il ne devienne, pour l’Histoire, que le Président de l’augmentation sans retenue du taux d’imposition qui pèse sur les Français et sur les entreprises. A terme, c’est tout notre système économique, déjà fragilisé par la crise, qui risque d’être en danger.      

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Point de vue
commenter cet article

commentaires

william Marcheval 29/06/2012 17:14


Les solcialistes n'ont jamais lu les fables de La Fontaine et plus particulièrement La poule aux oeufs d'or. Après avoir été Perrette et le pot au lait pendant les présidentielles et les
législatuves, les voila fermiers qui vont tuer la poule aux oeufs d'or ( l'entreprise) dans la vraie vie. Quand, assommée par les charges et les impôts, la poule exsangue, n'enbauchera plus,
mettra la clée sous la porte, où sera le pouvoir d'achat des français? et où seront les recettes pour notre république?. Même la taxation des dividendes distribués est un non sens: elle fera
fuire l'investisseur qui ne verra pas l'intérêt de financer les entreprises, fera baisser le pouvoir d'achat de l'actionnaria populaire, le rendement des assurances complémentaires retraites
etc.... et ce n'est pas la fausse relance européenne qui va permettre de faire de la vraie poule fermière.







qtl {
position: absolute;
border: 1px solid #cccccc;
-moz-border-radius: 5px;
opacity: 0.2;
line-height: 100%;
z-index: 999;
direction: ltr;
}

qtl:hover,qtl.open {
opacity: 1;
}

qtl,qtlbar {
height: 22px;
}

qtlbar {
display: block;
width: 100%;
background-color: #cccccc;
cursor: move;
}

qtlbar img {
border: 0;
padding: 3px;
height: 16px;
width: 16px;
cursor: pointer;
}

qtlbar img:hover {
background-color: #aaaaff;
}

qtl>iframe {
border: 0;
height: 0;
width: 0;
}

qtl.open {
height: auto;
}

qtl.open>iframe {
height: 200px;
width: 300px;
}

Jean-Paul Fournier