Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 10:29

De Chef de l’Etat à joueur de flûte, il n’y a qu’un pas. François HOLLANDE vient de la franchir. En effet, en nommant Olivier SCHRAMECK à la tête du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), le Président de la République vient de démontrer, une nouvelle fois, le peu de cas qu’il faisait de ses engagements de candidat à l’élection présidentielle.

 

Rappelez-vous le débat de l’entre deux tours, durant lequel, la main sur le cœur, drapé dans un antisarkozisme virulent, François HOLLANDE annoncé : « moi président de la République, je n'aurai pas la prétention de nommer les directeurs des chaînes de télévision publique, je laisserai ça à des instances indépendantes ». Je me souviens également des vives critiques du Chef de l’Etat actuel, à l’époque Premier secrétaire du Parti socialiste, lorsque Jacques CHIRAC avait nommé à ce poste Dominique BAUDIS ou Michel BOYON, ancien directeur de Cabinet de Jean-Pierre RAFFARIN. 

 

La qualité de serviteur de l’Etat de Monsieur SCHRAMEK, ancien ambassadeur de France en Espagne, n’est certainement pas en cause. Mais sa carrière politico-administrative, dans la lignée de celle de Lionel JOSPIN, laisse planer le doute sur son indépendance, quand on sait que c’est à lui qu’incombera la nomination des Présidents de France Télévision et de Radio France. Dans sa réforme tant décriée, Nicolas SARKOZY avait joué la carte de la clarté, en faisant nommer ces Présidents par l’exécutif, avec l’aval du Parlement.

 

Aujourd’hui, avec ce choix hypocrite et son double langage, François HOLLANDE fait un grand pas en arrière, qui sent bon les vieux relents de l’ère Mitterrand. On peut vraiment regretter que le Chef de l’Etat s’inscrive dans une présidence partisane. Il se serait grandi en nommant à la tête du CSA, un homme indépendant, voire même d’un bord politiquement opposé, comme l’avait fait avec réalisme et, je dois le dire une certaine élégance, Nicolas SARKOZY, qui n’avait pas hésité à choisir Didier MIGAUD, pour devenir Premier Président de la prestigieuse Cour des Comptes. 

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Actualité Politique
commenter cet article

commentaires

Jean-Paul Fournier