Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 septembre 2012 1 10 /09 /septembre /2012 12:21

La Scène de Musiques actuelles de Nîmes Métropole est désormais une réalité. Après une démarche exemplaire de concertation, nous avons pu mettre un terme à plusieurs mois de chantier, pour offrir aux mélomanes de tous les horizons une infrastructure de qualité et un outil complet au service de la création.

 

 HPIM0064.JPG

 

Nîmes Métropole a son navire amiral dédié aux musiques actuelles et, dix ans après sa création, son deuxième équipement d’envergure communautaire après le Centre nautique de Némausa. En effet, la Communauté d’agglomération n’a pas vocation à enchainer les investissements tous azimuts, mais bien à porter, dans une démarche budgétaire contrainte et, je souhaite le souligner, sans la création d’une taxe additionnelle, des projets exigeants qui ont pour but notamment de renforcer l’attractivité de son territoire et d’améliorer la qualité de vie des habitants. C’est bien le cas de Paloma.

 

Nous avons voulu en faire un lieu attractif et interactif, au cœur d’une agglomération moderne et dynamique de 240 000 habitants, rapprochant un peu plus les publics des artistes, créant un dialogue permanent et constructif, je dirai même fécond. En effet, l’objectif, au-delà des spectacles musicaux, c’est bien de voir émerger de nouveaux talents et de proposer un terreau fertile pour susciter la création. C’est également de donner à la jeunesse de Nîmes Métropole et d’ailleurs, un nouveau lieu de divertissements, de rencontres, de partage, d’expression, d’épanouissement personnel et collectif.

 Paloma-300x255.jpg

Maintenant les événements vont s’enchaîner à un rythme soutenu, avec la présence de pointures nationales, internationales et, bien sûr, locales. Notre ambition est claire : Paloma doit devenir une scène reconnue, faisant de Nîmes Métropole, un pôle musical de dimension nationale.

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-paul fournier
commenter cet article

commentaires

Jean-Paul Fournier