Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 septembre 2012 2 04 /09 /septembre /2012 19:00

J’ai effectué, avec les élus concernés et les représentants de l’Education nationale et des Services de la Ville de Nîmes, la traditionnelle visite de rentrée de quelques uns des 83 établissements scolaires de la commune. Chaque année cette rentrée rassemble plus de 12 000 élèves des écoles maternelles ou élémentaires. Elle est rendue possible grâce à l’action des enseignants, mais également celle des agents municipaux, qui ont la charge de la construction et de l’entretien des établissements.

 

Nimes-20120904-00080.jpg

 

Pour ce faire, la Ville de Nîmes consacre près de 15% de son budget, ce qui représente plus de 35 millions d’euros par an, pour l’éducation. J’ai donc pu souligner tout l’intérêt que nous portons au bon fonctionnement des écoles qui, chacune à leur manière, a reçu une attention toute particulière cet été. Aujourd’hui, les investissements qui doivent être considérés comme un pari sur l’avenir, sont importants. La mise en service des tableaux blancs numériques, l’attention portée à la restauration scolaire et les créations ou les rénovations d’écoles, sans oublier le soutien aux crèches, sont les exemples concrets de notre ambition dans ce domaine. 2012 est une année charnière puisque deux nouvelles écoles, Henri Wallon, à Pissevin, et Jean Carrière, sur la route d’Arles, ont été livrées et que le chantier de l’école de Courbessac va être rapidement initiée. L’an prochain, d’autres dossiers devraient être à l’ordre du jour comme la rénovation de l’école Armand Barbes ou encore le réaménagement de l’école Paul Langevin.           

 

Toutes ces actions fortes démontrent une nouvelle fois que l’action éducative est bien une priorité, je dirais même la priorité numéro une, de mon engagement politique. Je souhaite, docn,  aux jeunes nîmois et à leur famille, une très belle rentrée scolaire.

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Engagements
commenter cet article

commentaires

Jean-Paul Fournier