Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 15:53

Le résultat des élections sénatoriales est la conséquence directe des rendez-vous électoraux intermédiaires et locaux, qui se sont traduits, depuis 3 ans, par de nombreuses victoires de l’opposition. Ce fut le cas lors des élections municipales et cantonales de 2008, des élections régionales, de 2010, et lors des dernières élections cantonales, en 2011. Ainsi, très logiquement, la proportion de Grands Electeurs favorables aux candidats de la gauche a été plus importante.    

 

Toutefois, l’avance de la nouvelle majorité étant tellement ténue que je ne peux que déplorer les nombreuses divisions au sein de la majorité, qui ont pesé lourdement dans ce résultat. A ce titre, je ne peux accepter que certains candidats mettent en avant des ambitions personnelles, au détriment de l’intérêt général. Une fois encore, cette défaite est lourde d’enseignement et doit nous amener, notamment dans l’optique de la présidentielle, à privilégier l’union de la majorité, autour de nos valeurs, aux conflits toujours stériles.

 

Je veux tout de même féliciter mes nouveaux collègues élus ou réélus et avoir une pensée toute particulière pour les candidats battus. Je témoigne d’ailleurs de mon amitié à Jacques BLANC, qui a perdu son siège au Sénat, après avoir beaucoup œuvré pour la Lozère et le Languedoc-Roussillon.

 

Aujourd’hui, la victoire de la gauche est très étroite. Dans une chambre où les engagements partisans s’estompent, l’issue de l’élection du président du Sénat reste ouverte. Plus largement, même si demain, la présidence est occupée par une personnalité de gauche, celle-ci devra automatiquement tenir compte des positions de son opposition sénatoriale, tant les majorités seront difficiles à constituer. Je continuerai, pour ma part, à être un élément actif pour faire entendre mes positions dans ce Sénat renouvelé.           

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Actualité Politique
commenter cet article

commentaires

Jean-Paul Fournier