Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 13:47

LOGO D~1Je viens d’interroger au Sénat, le Ministre de la Défense sur le devenir des forces prépositionnées en Afrique qui ont montré toute leur pertinence ces derniers mois. L'opération Serval au Mali, mais également l'engagement en République centrafricaine au cours du mois de décembre 2012, ont en effet souligné combien la réactivité de nos armées et leur aptitude à la projection dans l'urgence tiennent notamment à l'existence de bases en Afrique et de forces immédiatement disponibles et projetables conséquentes. À l'heure où les travaux de révisions du Livre blanc sur la Sécurité et la Défense nationale de 2008 sont en cours et alors que nombre de voix s'élèvent pour réduire cet outil militaire, dans son format et ses capacités, au titre des efforts, certes légitimes, de réduction de la dépense publique, je lui ai demandé de préciser ce qui est envisagé pour la présence de l'Armée française en Afrique dont l'intérêt stratégique dans la lutte contre les mouvements terroristes internationaux et la défense de notre sécurité vient de se rappeler à notre pays de façon criante.

 

J’ai également attiré l’attention de la Ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie sur la récurrence des accidents de chasse qui ont causé entre avril 2012 et février 2013 le décès de 53 personnes.  En effet, nombre de ces accidents, dont les victimes ne se situaient pas dans l’environnement immédiat du tireur, ont été mortellement touchées de par la puissance et la portée des armes employées. Pour autant, ces armes et munitions satisfaisaient aux exigences de la règlementation en vigueur à savoir, l’arrêté ministériel du 1er août 1986 modifié encadre l’emploi des armes et des munitions prohibées pour l’exercice de la chasse de tout gibier et pour la destruction des animaux nuisibles. Il s’avère que par la puissance autorisée, voire exigée, certaines de ces armes et munitions ont une portée de plus de 1000 mètres ce qui selon les terrains de chasse est totalement superfétatoire et peut engendrer un danger réel pour ce qui est d’une part, des balles perdues, et d’autre part de la possibilité matérielle pour le chasseur de mettre en joue des cibles suffisamment éloignées pour qu’il ne puisse avoir la certitude de leur nature, ce qui fut la cause d’un drame récent dans mon département du Gard. En conséquence je lui ai demandé si un réexamen attentif de l’arrêté précité, ne pourrait pas aboutir à une meilleure adaptation des armes et des munitions autorisées aux gibiers et aux conditions de chasse comme semblent le demander nombre de responsables cynégétiques. 220px-Gaston_Doumergue_1924.jpg

Enfin, dans le cadre du 150ème anniversaire de la naissance de Gaston DOUMERGUE, né le 1er août 1863 à Aigues-Vives, qui fut Président du Sénat, avant d’accéder au mandat suprême de Président de la République, j’ai saisi, par courrier, le Président du Sénat, au sujet de ses intentions sur l’organisation d’une cérémonie ou toute autre forme d’hommage à cette occasion. Je lui ai d’ailleurs indiqué qu’il me semblait opportun d’apposer une plaque sur le siège qu’il occupa dans l’hémicycle avant qu’il n’accède au plateau, à l’instar de celles qui rappellent au souvenir d’autres illustres membres de notre assemblée. D’ailleurs, je suis persuadé que les Gardois et leurs élus seraient particulièrement honorés que la mémoire de l’un d’entre nous, haut personnage de la IIIe République, puisse être, dans le courant de cette année, au centre de l’attention de l’Institution qu’il a présidée.

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Actualité Politique
commenter cet article

commentaires

Jean-Paul Fournier