Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2016 4 31 /03 /mars /2016 16:52

Le 13 novembre dernier, notre Nation subissait une attaque sans précédent. Avec 130 morts, ce fut l’un des moments les plus graves de l’histoire française récente. Dans cette tourmente, la République se devait de réagir. J’étais présent à Versailles à la réunion du Congrès du Parlement. J’ai entendu les annonces de François HOLLANDE et sa volonté de réviser la Constitution. Dans ses propos, le chef de l’Etat a annoncé « dès lors que la Constitution est le pacte collectif indispensable pour vivre ensemble, il est légitime que la Constitution comporte les réponses pour lutter contre ceux qui voudraient y porter atteinte ».

Aujourd’hui, avec l’abandon de la révision constitutionnelle, c’est non seulement la crédibilité du Président de la République, qui est une nouvelle fois fragilisée, mais c’est surtout la sécurité des Françaises et des Français qui est en danger. Ne pas décider de réviser la Constitution, c’est montrer de la faiblesse, je dirais même de la fébrilité à la tête de la France. Avec cet abandon, les ennemis de la France peuvent se réjouir. Certains d’entre eux règnent pourtant en maître à la tête de l’Etat, car ce piteux rétropédalage n’est que le miroir des divisions de la majorité et de la faiblesse sans égale de François HOLLANDE.

La France est ébranlée. Les citoyens sont inquiets. Le Président de la République n’en finit pas de tomber dans les abîmes de la déchéance du pouvoir. Chronique d’un quinquennat gâché. 

Partager cet article

Repost 1
Published by jean-paul fournier
commenter cet article

commentaires

COLLR 31/03/2016 21:05

certes HOLLANDE à tout faux ! mais cette réision de la constitution n'aurait pas pu et dû avoir lieu avant même que de tels agissements terroristes viennent affaiblir et faire souffrir une fois de plus notre pays - Auquel cas je ne désengage pas la politique et les politiques actuels l'exécutif mais en y réféchissant peu il aurait suffit que cette révision ait été effectuée déjà sous des mandats précédents qu'ils y soient de droite et de gauche ça évite ainsi les déciusions catastrophes et les machines arrières dont au Sénat vous usez tout autant Merci pour votre attention !

Françoise Granger 31/03/2016 17:21

Moi, ça me va très bien, je n'ai jamais trouvé l'utilité d'une réforme sur ces points qui existent d'une façon utile dans la constitution. J'aurais préféré qu'on aborde la question du droit du sol. Quant à l'état d'urgence, c'est une vaste rigolade pour court-circuiter la justice, mais pas pour empêcher les manifestations ou les grands rassemblements de foule...Inquiets, les citoyens? Je ne crois pas... mais dégoûtés, oui !

Jean-Paul Fournier