Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2014 3 04 /06 /juin /2014 11:18

Gribouille est fermement installé à l’Elysée. Après avoir détricoté la réforme Sarkozy qui créait le Conseiller Territorial et qui aurait permis dès 2015 d’engager la suppression des Conseils Généraux, le voilà qui détruit cette fois-ci sa propre réforme.

 

Après avoir tant critiqué son prédécesseur, il finit par reprendre à son compte l’idée de confier la gestion des départements et des régions à un même élu. Mais là n’est pas l’enjeu de la « révolution territoriale » annoncée, à travers une nouvelle carte des Régions imposée sans débat et sans véritable fondement. Toujours à contre courant avec ses promesses de campagne, celui qui ouvrait sa longue tirade du « moi Président» par un « Je veux être un président qui d’abord respecte les Français, qui les considère » commet aujourd’hui une trahison de plus.

 

Il voudrait imposer aux Français, par la force et sans débat, ce que le Président de Région Christian Bourquin désigne avec raison « la carte des copains ». Non, le Languedoc-Roussillon n’a rien à faire avec Midi-Pyrénées. En tout cas pas le Gard ! Rien ne nous unit, ni la culture qui dans notre département est largement tournée vers la Provence, ni la géographie qui placerait Pont Saint Esprit à 3 heures de la nouvelle Capitale Régionale Toulouse, alors que nous ne sommes qu’à une heure de Marseille, ni l’économie qui est tournée vers les grandes liaisons rhodaniennes !

 

Non, le Rhône n’est plus une frontière depuis le 13ème siècle ! C’est une artère économique vitale pour la France qui doit permettre un développement dynamique de ses deux rives. Nîmes, Arles, Avignon ont des différences, mais elles sont aussi sœurs, c’était le bon moment pour réunir la famille et vous finissez de la disloquer au mépris des bassins de vie.

 

Alors, s’il faut très certainement réorganiser les territoires, cela ne peut être fait sans tenir compte des réalités locales. Cela ne peut se faire sans les Français. Cela ne peut être accepté comme un dictat, imposé sur la base d’un principe aveugle qui ne connaît d’exceptions dont la seule justification est de protéger les intérêts des amis du « Seigneur », qui par ce redécoupage à la hache se transforme en « Saigneur » !

Partager cet article

Repost 0
Published by jean-paul fournier - dans Engagements
commenter cet article

commentaires

IKOR31 09/06/2014 13:42

Un Gardois qui méprise le Grand Languedoc et qui vante la Provence, il y a quelque chose qui ne tourne pas rond.

C'est face à Nice, Toulon, Avignon et même Arles que vous seriez marginalisés parce qu’intrinsèquement étranger à ce territoire.

IKOR31 12/06/2014 19:23

Vous n'avez aucune fibre de languedociens, normal vu le niveau de progression démographique depuis 1962, beaucoup n'ont aucune idée de ce que cela peut être.
L'autodétermination des départements, sur le blog d'un élu UMP, cela doit faire sourire, vous êtes un lobbyiste des Bouches du Rhône tout simplement.

chris 12/06/2014 15:31

Il faut croire que je préfère une vision technocratique qui s'appuie sur des études qui tiennent compte du quotidien des populations, des échanges culturels, des enjeux économiques, à des redécoupages fait dans les hautes sphères du pouvoir, sans véritable justification et avec pour partie des arrières pensées clientélistes évidentes.
Pour ma part, je demande juste le droit à autodétermination des départements si le Languedoc-Rousillon tel qu'il existe aujourd'hui devait disparaître ; et si comme vous l'affirmez, les nîmois et les toulousains sont culturellement proche au point de partager dès à présent un sentiment d'appartenance à cette grande région voulu par Paris, alors il serait cohérent que depuis la Haute-Garonne vous acceptiez sans crainte et même que vous encouragiez le Gard à faire son choix, cette éventuelle nouvelle région aurait ainsi une légitimité plus grande.

IKOR31 10/06/2014 16:30

@chris, vous êtes simplement un déraciné englué dans la technocratie qui a perdu tout repère culturel, les languedociens ne sont pas des forcenés d'un nationalisme local, ils ont le régionalisme subtil.
Vous développez une argumentation contre productive, si vous assimilez Nîmes à la Provence, les touristes prennent pour point d'attache Avignon ou Arles.
L’intérêt du Gard est d'être à la pointe culturelle et géographique, à la porte d'entrée européenne du Grand Languedoc axe européen E15 et E80.

chris 09/06/2014 16:00

Je me reconnais dans l'espace d'échange qu'est le Grand delta méditerranéen, certainement pas dans des découpages administratifs hérités de l'ancien régime qu'il s'agisse de la Provence ou du Comté de Toulouse.
Moi, je regarde la vie quotidienne des populations, les dynamiques économiques (pôles de compétitivités en grande majorité liés à PACA ; les touristes qui visitent Avignon ou les Alpilles sont également les mêmes qui visitent Nîmes ou Aigues-Mortes etc.) ; je regarde l'avenir, l'axe de développement que représente le couloir rhodanien. Pour moi, l'histoire doit-être prise en compte dans la nouvelle carte des régions que si elle s’intègre dans un compromis avec l'économie et la géographie, autrement dit l'histoire administrative ne doit prévaloir sur le reste. D'autant qu'ici, contrairement à d'autres régions comme la Bretagne, la culture commune entre un habitant du Midi-Pyrénées et du Gard ou de l’Hérault est très faible.

chris 05/06/2014 21:04

Je partage entièrement votre analyse. Le Gard et plus globalement l'Est du Languedoc-Rousillon sera inévitablement la 5eme roue du carrosse, trop éloigné du centre de décision toulousain, à l’extrémité de ce qui deviendra la région la plus étendue de France, une région de 72 724 km², plus grande que l'Irlande, de la même taille que si on avait fusionné la Belgique et les Pays-Bas.

Espérons que l'Assemblée Nationale ou le Sénat vote un droit d'option pour les départements.

En attendant, les propos des députés du Gard qui soutiennent ce projet de fusion avec Midi-Pyrénées, sans doute par solidarité avec le gouvernement, n'incite pas à l'optimisme.

KOOOL 04/06/2014 15:14

Oui c'est un constat bizarre mais, ceci dit la critique est aisée..... cette réforme dont on parle depuis si longtemps la Droite que vous représentez Mr FOURNIER aurait dû quand l'exécutif était de droite l'exécuter ... ! je reste persuadé que vous y auriez de la même façon souhaité le conservatisme .... mais vous y auriez été également pour les amis du "Seigneur" tout aussi "Saignant" . Gauche ou Droite les discours et constats des uns et des autres n'ont plus hélas que très peu de sens ... c'est fortement regrettable sur ce point !

Jean-Paul Fournier